Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sablé-sur-Sarthe sous l’Occupation : la nouvelle enquête de Pierre Péan

lundi 27 mars 2017 à 9:42 Par Julie Le Duff, France Bleu Maine

Dans le livre « Ma petite France », le journaliste d’investigation revient dans la ville de son enfance pour dresser la chronique très nuancée d’une époque.

Pierre Péan dédicacera son livre à la librairie L’Ancre des mots de Sablé le 8 avril
Pierre Péan dédicacera son livre à la librairie L’Ancre des mots de Sablé le 8 avril © Maxppp - Montage (avec phot de Daniel Fouray)

On le connait pour des livres tels que Une jeunesse française : François Mitterrand, une référence du journalisme d’investigation. A tout juste 79 ans, Pierre Péan se penche une nouvelle fois sur l’histoire de la Seconde guerre mondiale, et plus précisément sur l’Occupation, vue à travers le quotidien d’une ville qu’il connait parfaitement : Sablé-sur-Sarthe, la ville qui l’a vu naître et grandir.

Du souvenir d'enfance à l'enquête journalistique

Ma petite France s’ouvre sur un souvenir d’enfance, moment fondateur pour Pierre Péan : le 8 août 1944, jour de la Libération de Sablé, il se trouve dans le jardin familial lorsqu’il entend deux coups de feu. Un homme dont il croit savoir qu’il est surnommé « Papillon » vient d’être exécuté par les FFI. « Ces deux balles-là me poursuivent jusqu’à aujourd’hui. Sans Papillon, sans ce bruit des deux balles qui est encore dans ma tête, je ne suis pas sûr que j’aurais fait cette chronique ». Pierre Péan se rappelle aussi parfaitement comment, à six ans, toujours à la Libération, il a vu une femme être tondue et humiliée. « Ce sont deux souvenirs extrêmement précis, mais deux souvenirs ne font pas un livre ! Alors j’ai mené l’enquête, comme pour tous mes autres livres ».

A 6 ans, Pierre Péan entend le bruit des coups de feu lors de l'exécution d'un supposé collaborateur de Sablé : "Le bruit des balles me poursuit aujourd'hui"

Une chronique tout en nuances

Pendant deux ans, Pierre Péan a rencontré les derniers témoins de l’époque. Il a aussi passé beaucoup de temps à explorer les documents conservés aux archives départementales de la Sarthe, mais aussi aux archives nationales, au service historique de la Défense et même à Londres. Dans le livre apparaissent ceux qui ont donné leur nom aux rues et aux places de la Sarthe : Raphaël Elizé, Georges Mention, l’Evêque du Mans Monseigneur Grente ; mais il y a aussi d’autres personnages moins connus, tels Justine Ward, une Américaine très liée à l’abbaye de Solesmes. « J’ai eu de la chance, j’ai de bons personnages », raconte Pierre Péan, qui laisse aussi toute leur place aux gens « ordinaires », à commencer par ses parents.

le livre dresse un portrait très nuancé de la France de l'époque, et c'est ce que voulait montrer Pierre Péan : rien n'était simple pendant l'Occupation.

Le résultat dresse un portrait très nuancé de la France de l’époque, où rien n’est absolument noir ni complètement blanc. Il montre comment des maréchalistes ont caché et sauvé des enfants juifs en Sarthe, et comment le « collabo » Papillon (de son vrai nom Roger Hidoux) travaillait aussi pour les services britanniques. « Au fond, ce qui m’a le plus passionné dans ce livre », explique Pierre Péan, « ce sont les ambiguïtés ».

Pierre Péan dédicacera son livre « Ma petite France » (Albin Michel) le 8 avril à la librairie L’Ancre des mots de Sablé-sur-Sarthe.