Société DOSSIER : La nouvelle maison d'arrêt de Saint-Bonnet-les-Oules

Saint-Bonnet-Les-Oules : plus de 1000 personnes rassemblées contre la prison

Par Marion Aquilina, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 9 avril 2017 à 11:56

La manifestation du 9 avril contre le projet de prison à Saint-Bonnet-Les-Oules
La manifestation du 9 avril contre le projet de prison à Saint-Bonnet-Les-Oules © Radio France - Angy Louatah

Près de 1.500 personnes se sont rassemblées ce dimanche 9 avril devant la mairie de Saint-Bonnet-les-Oules (42) pour dénoncer le projet de prison sur leur commune. En mars, le ministre de la justice, Jean-Jacques Urvoas a confirmé la construction d'ici 2023. Pour les habitants, ça ne passe pas.

Une nouvelle manifestation se déroule ce dimanche 9 avril 2017 contre le projet de prison à St-Bonnet les Oules. Le rendez-vous était fixé à partir de 10h30 devant la mairie de la commune. En mars dernier, le site de Saint-Bonnet-les-Oules a été confirmé par le ministre de la Justice lui-même. La future prison pourrait être construite à l'horizon 2023 pour environ 500 places.

Objectif : une manif médiatique

L'objectif de ce rassemblement est très clairement affiché par ceux qui l'ont organisée. Ils souhaitent que la manifestation attire les caméras des médias nationaux. Le cortège composé d'élus et d'habitants venus parfois en famille, s'est réuni au coeur du village de Saint-Bonnet-les-Oules puis dans un champ surplombant le site retenu par le ministère de la justice.

Les opposants espèrent que leur combat puisse intéresser le pays dans son ensemble, en partie car ils estiment avoir été lâché par une partie de la classe politique locale. Dans le cortège, David, un manifestant, envisage un complot des élus influents du sud de la Loire : "Tous les maires des communes de Saint-Étienne Métropole sont par exemple vice-présidents et eux ne reçoivent pas cette prison... il faut peut-être creuser de ce côté là ! Je pense qu'il y a une entente pour que celui qui a le moins de pouvoir reçoive la prison". Pour ce qui le concerne, le maire de Saint-Bonnet Les Oules, Guy Françon, n'accuse pas Saint-Étienne Métropole mais il estime effectivement qu'être maire d'une petite commune l'a handicapé dans cette affaire. "On a dit, 'le petit, on va l'écraser !' " explique-t-il.

"Un appel à la Nation" REPORTAGE

Des fumigènes ont été allumés et les opposants ont profité des rayons de soleil pour montrer les prés et les terres agricoles potentiellement menacés par le projet de construction de la prison.