Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Chamond : la Croix-Rouge répond aux accusations de maltraitances dans un IME

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La Croix-Rouge, en charge de l'Institut médico-éducatif (IME) à Saint-Chamond (Loire) se défend de toute maltraitance après la publication d'un rapport de l'ARS sur cet établissement. Il y a deux ans, le père d'un résident avait porté plainte pour "violences aggravées sur personne vulnérable".

Une partie du bâtiment de l'IME de Saint-Chamond (Loire)
Une partie du bâtiment de l'IME de Saint-Chamond (Loire) © Radio France - Soisic Pellet

Il n'y a eu aucune maltraitance sur les résidents de l'IME Sainte-Mathilde à Saint-Chamond (Loire), estime la Croix-Rouge, en charge de l'établissement qui accueille des enfants, âgés de 6 à 22 ans, porteurs de handicaps physiques et mentaux. Pourtant il y a deux ans, le père de Kilian, un résident âgé aujourd'hui de 20 ans, a porté plainte contre X après avoir découvert des bleus, des traces de griffures et des morsures sur son fils à son retour le weekend à la maison. Une plainte à l'époque classée sans suite. Sauf qu'un mois après, l'Agence régionale de santé ouvre une enquête sur l'établissement et publie un rapport que France Bleu Saint-Étienne Loire a pu consulter. 

Des dysfonctionnements pointés par l'ARS 

Dans son rapport, l'ARS évoque effectivement des dysfonctionnements dus à des soucis de planning, de personnel et d'encadrement. Ce qui peut amener à "certaines pratiques qui peuvent s'apparenter à de la maltraitance sans revêtir un caractère intentionnellement malveillant de la part du personnel". Pour Olivier Cressens, le père de Kilian, ces résultats ressemblent à ceux qu'il a pu observer. "J'ai l'impression que tout ce que je dénonçais dans ma plainte est dans ce rapport, l'ARS dénonce la même chose que moi", assure le papa, qui ne comprend donc pas pourquoi, à l'époque, sa plainte est alors classée sans suite. 

Mais avec ce rapport, il a pris la décision de déposer une nouvelle fois plainte, cette fois avec constitution de partie civile. Ce rapport, "c'est une bouffée d'oxygène", estime Olivier Cressens, "je me sens plus légitime, alors que ça fait un an que je me bats contre des murs et que rien ne bouge". 

Un problème de personnel et de formation admis par la Croix-Rouge 

De son côté, la Croix-Rouge admet "un besoin de restructuration" de cet établissement qui "accueille aujourd'hui des publics qu'il n'accueillait pas auparavant", explique Nathalie Vizet, la directrice territoriale en charge de la filière handicap à la Croix-Rouge. Les enfants dans cet IME sont porteurs de plusieurs handicaps, il faut donc plus de bras pour s'en occuper à temps plein. "L’organigramme devait donc être repris", explique Nathalie Vizet, pour remédier "à ce plateau médical et paramédical sous-doté". Après la publication du rapport et une aide de 30 000 euros de l'ARS, du recrutement est donc prévu, "d'abord des infirmiers". Une annonce a déjà été publiée et un cadre de santé devrait également rejoindre l'IME. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess