Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Saint-Chamond : un père de famille n'a pas revu ses enfants depuis le confinement

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un habitant de Saint-Chamond qui doit accueillir ses enfants un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires, n'a pas revu ses jumeaux âgés de 6 ans depuis le 1er mars. La mère ne les a pas remis comme prévu le 13 mars, et le début du confinement. Et la crise sanitaire a figé la situation.

Les chambres des enfants sont silencieuses depuis plus de cinq mois
Les chambres des enfants sont silencieuses depuis plus de cinq mois © Radio France - Mathilde Montagnon

Il a raté les anniversaires de ses enfants, la fête des père, et cette semaine il aurait du être en vacances avec eux dans le Pilat. Mais depuis le confinement la maman refuse de remettre à Damien les jumeaux comme elle le devrait. Alors cet habitant de Saint-Chamond porte plainte, un week-end sur deux, à chaque fois qu'il aurait du récupérer ses enfants. Il écrit également : au nouveau Garde des sceaux Eric Dupont-Moretti, au président Emmanuel Macron, au maire de Saint-Chamond, au procureur de Saint-Étienne. Mais la situation n'avance pas.  

"Je n'ai pas vu mes enfants depuis le 1er mars, raconte-t-il, je les ai remis à la fin des vacances scolaires de février. La maman devait mes les rendre le week-end du 14-15 mars et il y a eu le confinement. Du coup, elle ne m'a pas remis les enfants. Le confinement ça a été une perche pour elle. Ça a bloqué toutes les institutions donc ça a été l'opportunité de ne pas remettre les enfants. Avec un argument sanitaire, qu'elle avait des conseils de médecins apparemment sachant qu'aucun de mes gamins n'a été malade ni même elle... mais le prétexte a été long quand même parce que ça a fini le 11 mai, mais après comme les écoles étaient fermées, c'était la continuité du confinement. On arrive aux grandes vacances et toujours pareil. Pas d'enfants. Normalement j'aurais du les récupérer.Je voulais partir dans le Pilat. J'ai tout abandonné".   

La mère des enfants est convoquée en octobre prochain pour un rappel à la loi. D'ici la, la situation a peu  de chance d'évoluer. Et Damien sait que ce temps perdu ne se rattrapera jamais. "C'est invivable. Je ne pense qu'à mes gamins. Plus le temps passe et plus vous cassez des liens. Vous loupez du temps avec eux. Vous ne récupérerez jamais le fait que vous les avez laissés à 5 ans et demi et que vous les reverrez à 6 ans et demi voire plus".

L'avocate de Damien, Me Beal-Cizeron ne comprend pas. Le 2 avril dernier, en plein confinement, le Ministère de la justice a bien précisé que le droit de visite et d’hébergement des enfants de couples séparés continuait de s’appliquer. Et pourtant, rien ne bouge

"Parfois les services de police ont essayé d'intervenir, madame a dit non, il ne les reverra pas, s'alarme l'avocate. Alors qu'elle viole, en toute impunité un droit qui a été ordonné par une décision de justice. C'est un scandale, je suis scandalisée, je suis outrée, j'ai fait tout ce qui peut être fait". 

Me Beal-Cizeron qui s'interroge sur le poids de la parole des pères dans ce genre de procédures. Il y a quelques jours, dans une affaire similaire, une Stéphanoise dont l'enfant était gardée par le père à Martigues, avait obtenu gain de cause, suite à l'intervention de la police.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess