Société

À Saint-Denis-de-Cabanne, (1.300 habitants) bientôt un centre d’accueil pour migrants

Par Marie Blondiau, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 11 septembre 2016 à 22:17

Les migrants devraient séjourner entre un et quatre mois dans le Château de la Durie
Les migrants devraient séjourner entre un et quatre mois dans le Château de la Durie © Radio France - Marie Blondiau

Ce village proche de Roanne va accueillir à partir de novembre, 50 à 100 migrants, venus entre autres de Calais, dont le bidonville doit être démantelé avant l'hiver. Les réactions des habitants oscillent entre rejet et scepticisme.

C'est par un courrier de la mairie que tous ont appris la nouvelle : Saint-Denis-de-Cabanne accueillera à partir du 10 novembre 50 à 100 migrants seuls - pas de familles -. Un centre de vacances EDF situé dans la commune leur proposera un abri temporaire, le temps pour eux d'être orientés vers l'Angleterre ou d'autres pays, ou encore d'obtenir le droit d'asile en France. Le maire René Valorge a été placé devant le fait accompli à la fin de l'été.

René Valorge l'anticipait dans son courrier, "cette nouvelle ne réjouira personne". Il ne s'est pas trompé. Détail qui pèse dans les réactions : ce centre de vacances est un château - le Château de la Durie - perché sur une colline avec piscine et terrains de sports. Martine, riveraine du château:

Ils sont sales ! Ils vont aller à la Durie, je connais les lieux, c'est un château qui est joli, qui est fait pour les gamins. Qu'est-ce qu'ils vont faire, ces hommes, là-haut?

René qui tient la maison de la presse n'est pas inquiet, même si il voit ses clients un peu perdus.

On est des êtres humains, on fait quoi si on ne les accepte pas? Pourquoi pas chez nous, on a un bâtiment magnifique. Mais certains craignent aussi que la situation s'éternise.

Retours d'expériences positifs

Selon les services de l'Etat, le centre de vacances doit être libéré le 5 avril 2017, afin d'accueillir à nouveau des enfants l'été prochain. Entre-temps, une association locale agréée, l'entraide Pierre Valdo, doit encadrer les migrants. Huit personnes seront présentes jour et nuit. Un fonctionnement qui inquiète moins René Valorge que les réactions de ses administrés.

Tous les maires que j'ai contacté m'ont parlé de cette phase de peur et de rejet. Mais au final les retours d'expériences sont plutôt positifs.

Une réunion publique est prévue ce mercredi à 20h en présence du sous-préfet. Le dialogue pourrait être difficile. Saint-Denis-de-Cabanne a voté à 35% pour le Front national au second tour des dernières cantonales.

Partager sur :