Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Saint-Étienne aura sa première fête des fiertés LGBT le 1er juin

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La communauté LGBT de Saint-Étienne organise le 1er juin une "Rainbow party", une fête des fiertés LGTB, dans la lignée des Gay Prides. C'est la première fois qu'un tel événement se tient à Saint-Étienne.

La première "Rainbow party" stéphanoise se tiendra deux semaines avant la Gay Pride de Lyon.
La première "Rainbow party" stéphanoise se tiendra deux semaines avant la Gay Pride de Lyon. © Maxppp - Maxime Jegat

Saint-Étienne, France

Alors que se tient ce vendredi la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie, on apprend que Saint-Étienne aura bientôt un équivalent de la Gay Pride. Il n'y aura pas de parade dans la ville (contrairement à la Gay Pride de Lyon, prévue le 15 juin), mais une journée festive autour des fiertés LGBT (lesbienne, gay, bi ou trans). Ce sera le 1er juin avec une "Rainbow party". Traduisez "fête arc-en-ciel", le symbole de la communauté LGBT. Le rendez-vous est fixé en plein centre-ville de Saint-Étienne, rue Louis-Braille. 

Faire découvrir la communauté à ceux qui ne connaissent pas... ou ont des jugements

Au programme : défilé de mode et show transformiste notamment, et la présence des associations LGBT stéphanoises. Mathias Driham préside l'association Triangle rose, organisatrice de cet événement, qui se veut plus festif que les rendez-vous traditionnels organisés à Saint-Etienne. 

"Les associations sur Saint-Étienne, y en a certaines qui font souvent des projections de films avec un débat après. C'est développé, c'est sympa, mais il faut quelque chose avec plus d'impact", commente le jeune homme. La volonté de Triangle rose avec cette fête le 1er juin, c'est d'"attirer, montrer plus, faire découvrir" toute la communauté LGBT "à des personnes qui ne connaissent pas ou qui ont des jugements, et c'est souvent le cas", ajoute Mathias Driham. 

Record d'agressions homophobes en 2018

Plus de visibilité mais aussi et surtout plus de dialogue, alors que selon le dernier rapport annule de SOS Homophobie, l'année 2018 a été celle du record d'agressions physiques à caractère homophobe en France. 231 faits ont été signalés selon l'association, soit une hausse de 66% par rapport à 2017. "2018 a été une année noire pour les personnes LGBT", écrivent les coprésidents de SOS Homophobie Véronique Godet et Joël Deumier, en préambule de leur rapport.  

À Saint-Étienne, la communauté LGBT avait d'ailleurs fait part de son ras-le-bol au début de l'année 20169, après des insultes et menaces à répétition envers la clientèle d'un bar gay