Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Saint-Étienne : des familles roms sans logement investissent le parvis de l'hôtel de ville

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Cinq familles roms ont investi la place de l'hôtel de ville de Saint-Étienne mardi matin, avec toutes leurs affaires, après avoir été délogées de leur campement à côté de la gare du Clapier.

Cinq familles ont été expulsées de leur campement mardi matin à Saint-Étienne.
Cinq familles ont été expulsées de leur campement mardi matin à Saint-Étienne. © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

C'est une situation qui se répète à Saint-Étienne : des familles roms qui vivent dans des campements de fortune sont délogées et ne savent pas où aller. Ce mardi matin, cinq familles de ressortissants roumains et albanais ont décidé de se rendre, avec leurs matelas et des caddies contenant leurs affaires, sur la place de l'hôtel de ville.

Une dizaine de familles à la rue selon un collectif

Alina, une jeune roumaine, raconte que la police est venue la réveiller elle et sa famille, tôt le matin, dans leur campement de fortune à côté de la gare du Clapier. Elle ne comprend pas que leur situation ne soit pas mieux prise en compte. "C'est difficile pour nous, on n'a pas de maison, on n'a rien", commente la jeune femme. 

Sylvie ne milite dans aucune association d'aide aux migrants, mais elle suit ces familles depuis des années et se désespère de voir que rien n'évolue : "ça bouge pas, ils étaient sous le tunnel du Clapier, comme d'autres fois ils y sont allés. À chaque fois c'est pareil, au bout d'un moment la police arrive et elle saccage tout". Elle poursuit : "la police avait déjà dit "faut partir", mais partir où ?, il n'y a pas d'issue". 

La police avait déjà dit "faut partir", mais partir où ?"

"De toujours se renvoyer la balle entre la mairie et la préfecture ça va pas être possible", conclut Sylvie, qui dit se rappeler qu'"il y a quelques années de ça, des familles ont été relogées et le bilan est positif, c'est des personnes qui se sont insérées si c'est le terme qu'il faut utiliser".

D'après le collectif "Que personne ne dorme à la rue", au moins 10 familles dorment dans les rues de Saint-Étienne. Des familles d'origines différents, avec 34 enfants. Le collectif indiquait par ailleurs dans l'après-midi que les familles délogées le matin devraient pouvoir regagner leur campement au Clapier. 

Choix de la station

France Bleu