Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

Cinquante ans de Mai-68 : que s'est-il passé à Saint-Étienne ?

mardi 1 mai 2018 à 16:16 Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire

Des grèves jusqu'à fin juin, une occupation du collège littéraire universitaire et 20 000 personnes dans les rues de Saint-Étienne le 13 mai ont notamment rythmé la contestation de Mai-68 dans la Loire.

Image du 13 mai 68 à Saint-Étienne issue d'un bulletin hors série de l'Institut CGT d'Histoire sociale de la Loire sorti en Mars 2014.
Image du 13 mai 68 à Saint-Étienne issue d'un bulletin hors série de l'Institut CGT d'Histoire sociale de la Loire sorti en Mars 2014. - CGT Loire

Saint-Étienne, France

En ce mardi de Fête du Travail, la CGT de la Loire rassemble ses forces Bourse du travail à 10 heures à Saint-Étienne et à 10 heures 30 place du peuple à Roanne. Un 1er mai forcément particulier puisqu'il y a 50 ans, la France connaissait la plus intense période de grèves et de manifestations depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

Des grèves suivies dans la Loire 

Les grèves de mai 68 ont été suivies dans la Loire et à Saint-Étienne, notamment le 13 mai, jour de grève générale partout en France. Dans cette vidéo d'archives, publiée il y a 10 ans par "radiobergson", on mesure l'ampleur du mouvement, 20 000 personnes dans les rues selon les archives municipales.

Sur le plan de la contestation étudiante, les archives municipales confirment le calme relatif à Saint-Étienne, puisqu'il n'y avait pas encore de grande université, une grève votée au collège littéraire universitaire a tout de même permis les rassemblements à partir du 7 mai et une occupation du 22 mai au 29 juin a eu lieu "dans le calme et la bonne ambiance [...] Les autorités "déplorèrent" la pose d'un drapeau rouge et d'un drapeau noir sur la façade", précise le site des archives de la ville.