Infos

Saint-Étienne : les opérations de démolitions vont se multiplier cette année

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 10 janvier 2016 à 21:23

Rue Tarentaize, le chantier de démolition doit démarrer fin février, début mars.
Rue Tarentaize, le chantier de démolition doit démarrer fin février, début mars. © Radio France - Emeline Rochedy

Les pelleteuses ne vont pas chômer à Saint-Étienne : une dizaine de chantiers de démolition doivent se succéder, notamment à Tarentaize et en centre-ville, place Jean Moulin. Mais aussi aux entrées de ville, boulevard Jules Janin et rue Bergson.

Les bâches ne passent pas inaperçues et c'est le but ! La ville de Saint-Étienne en a déroulé trois : à l'angle des rues Michel Rondet et Tarentaize, boulevard Jule- Janin et place Jean-Moulin. On y voit "Alex, dit le piqueur, Gérald, dit le trancheur, et Anna, dite la découpeuse". Manière d'estampiller tous les bâtiments recouverts "à démolir". Parce que cette fois, oui, les chantiers vont bien démarrer !

Les entreprises du bâtiment s'activeront d'abord à Tarentaize, en haut de la rue Michel-Rondet, à l'angle en face de la mairie de quartier : neuf immeubles seront vidés et désamiantés fin février, puis grignotés par les pelleteuses. La plupart son insalubres, tagués et surtout vides depuis au moins 2 ans. "Enfin ! Bonne nouvelle ! ", commentent les riverains. Ils souffrent d'autant plus de la mauvaise image que cela donne à leur quartier qu'il est question de démolir ce coin depuis le milieu des années 90. Les engins vont ainsi raser quelque 2 500 m2. Cette fois, hors de question de construire quoi que ce soit. De la végétation devrait être plantée, histoire d'en faire un lieu "agréable", explique le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, "en attendant que le marché de l'immobilier soit plus propice", dans ce quartier en rénovation urbaine.

Perspective inverse place Jean Moulin, à deux pas de la rue de la République où la démolition doit démarrer au printemps. Là une fois que les engins auront fait place nette, un promoteur immobilier compte construire des "appartements de standing", selon la mairie. Même calendrier annoncé boulevard Jules-Janin mais avec la conséquence de libérer de l'espace afin d'aménager un carrefour d'entrée de ville (en élargissant la rue François-Albert), d'autant que ce quartier devrait voir passer la 3e ligne de tram.

6 000 m2 rue Bergson en rasant enfin la "friche du Progrès"

Ensuite cet été, les pelleteuses s'attaqueront à la "friche du Progrès", du 114 au 120 rue Bergson : le site que le journal a longtemps occupé et le bâtiment de Diffusion technique de France, locaux vides depuis une vingtaine d'années. Les plus de 6 000 m2 libérés permettront d'améliorer la circulation dans ce secteur mais aussi de construire de nouveaux appartements dans un quartier déjà très résidentiel.

Autre lieu encore plus emblématique, la rue Henri-Gonnard, celle où le journal Le Monde avait illustré son article sur les taudis, qui avait largement fait polémique : la ville doit démolir un immeuble. Les opérations se poursuivent aussi dans le quartier du Crêt de Roc, surtout rue Neyron, où les opérations ont débuté à l'automne 2015 : des démolitions sur 120 m de longueur ! C'est donc toute une rue qui pourra ainsi changer d'allure, avec la complicité des promoteurs immobiliers : " on a quelques touches, les promoteurs sont intéressés car c'est à proximité de la gare Châteaucreux", assure le maire.

La voie est libre aussi rue Jean Huss, près de Monthieu, depuis qu'une solution de relogement a été trouvée pour l'Adflp, une association de formation. Un secteur où l'espace sera bienvenu à proximité de la zone du pont de l'Âne où le centre commercial Steel doit ouvrir en 2018.

Reportage dans le quartier de Tarentaize

Ce qu'il se passe avant de démolir, Gaël Perdriau, maire de St-Étienne

Partager sur :