Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Gildas-des-Bois : une manifestation contre le projet de ferme accueillant des détenus

-
Par , France Bleu Loire Océan

Ils ne veulent pas d'une ferme qui accueille des détenus en fin de peine sur leur commune de Saint-Gildas-des-Bois, près de Pontchâteau. Un collectif opposé au projet de la ferme de Ker Madeleine organise une manifestation ce samedi matin. Les riverains craignent pour leur sécurité.

La ferme devrait accueillir une dizaine de détenus en fin de peines
La ferme devrait accueillir une dizaine de détenus en fin de peines - Source d'Envol

L'existence de ce projet de l'association Sources d'Envol qui prévoit l'accueil d'une dizaine de détenus en fin de peine pour préparer leur réinsertion, Marion et plusieurs de ses connaissances l'ont appris par hasard. La jeune mère de famille habite juste à côté de la ferme de Ker Madeleine et elle n'est pas rassurée de savoir que des gens qui ont été condamnés pour des crimes puissent vivre à côté. Régulièrement, des familles se baladent dans le secteur de la ferme. Elle n'exclut pas de déménager et quitter la commune qui compte 3 800 habitants. 

On a quand même appris le projet par hasard et beaucoup de choses restent opaques. On est pour la réinsertion, mais pas comme ça. Saint-Gildas-des-Bois, c'est convivial, c'est cinq établissements scolaires et là on nous dit que par exemple des violeurs ou des pédophiles pourront se balader sur la commune avec une autorisation de sortie. Donc nos enfants qui font un foot ou un basket avec les copains, comment ça se passe ? Est-ce qu'on continue à les laisser sortir comme ça? Ben je ne crois pas". Marine membre du collectif opposé au projet

Des détenus sélectionnés

Le projet s'inspire de la ferme de Moyembrie en Picardie. Le Conseil départemental de Loire Atlantique a acheté les terres et les loue à l'association Sources d'Envol qui est en lien avec l'administration pénitentiaire. Les détenus, qui ont souvent été condamnés à de longues peines,  font l'objet d'une sélection pour intégrer la ferme où ils vont pratiquer le maraîchage et l'élevage laitier. Le Juge d'Application des Peines doit donner son avis. Sur place, ils sont suivis, doivent émarger chaque soir et ne peuvent sortir du périmètre de la ferme sans autorisation préalable. 

"Inquiétude légitime" selon le maire

Selon le maire de Saint-Gildas-des-Bois, Jean-François Legrand "_la commune n'est pas du tout porteur du projet. L'inquiétude est légitime e_t partagée par les élus municipaux".  Après plusieurs réunions, les élus et le collectif ont obtenu quelques avancées en matière d'encadrement des détenus, notamment la présence d'une personne aux côtés des détenus 24 h sur 24 sur le site.  Une autre réunion est prévue prochainement avec l'Administration Pénitentiaire et le collectif. L'association Sources d'Envol, soutenue par Emmaüs, ne souhaite pas communiquer pour l'instant. Une dizaine de détenus devraient intégrer la ferme au printemps. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess