Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"On ne sait pas où on va aller" s'inquiète le personnel des impôts de la Maurienne

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le personnel des impôts était en grève, ce lundi, pour protester contre la réforme de l'administration fiscale. La Savoie n'a pas échappé à la contestation. C'était notamment le cas à Saint-Jean-de-Maurienne, où un rassemblement était organisé devant le centre des impôts.

Des agents du centre des impôts de Saint-Michel-de-Maurienne.
Des agents du centre des impôts de Saint-Michel-de-Maurienne. © Radio France - Luc Chemla

Saint-Jean-de-Maurienne, France

Soixante personnes environ étaient réunies ce lundi 16 septembre devant le centre des finances publiques de Saint-Jean-de-Maurienne. En cette journée de grève du personnel des impôts, elles protestaient contre le projet de réforme de l'administration fiscale, présentée par le gouvernement. Il prévoit notamment de nouvelles suppressions de postes, la fermeture de certains centres des impôts et a pour objectif de promouvoir les démarches sur internet.

Les manifestants, dont de nombreux élus, devant le centre des impôts de Saint-Jean-de-Maurienne. - Radio France
Les manifestants, dont de nombreux élus, devant le centre des impôts de Saint-Jean-de-Maurienne. © Radio France - Luc Chemla

Parmi les manifestants : du personnel des impôts, des syndicats d'autres branches secteurs mais aussi de nombreux élus, dont des maires de la Maurienne, et Emilie Bonnivard, députée LR de la 3ème circonscription de Savoie

"Internet a bon dos"

Membre de la commission des finances, la parlementaire a d'ailleurs écrit, la semaine dernière, au ministre des Comptes publiques,  Gérald Darmanin, pour exprimer son mécontentent au sujet de cette réforme. Elle a donc tenu a être présente en cette journée de mobilisation. "Internet a bon dos. Aujourd'hui internet est la clé de toute les reformes. Mais on ne remplacera jamais la dimension humaine dans le service public, qui est essentiel." estime la députée. "On peut faire une réforme, en proposant par exemple des permanences. Mais _ce qui est proposé là, c'est une coupure un peu aveugle des services_, sans regarder la géographie des territoires ni leur situation économique."

Les agents des centres des impôts sont en colère. - Radio France
Les agents des centres des impôts sont en colère. © Radio France - Luc Chemla

La Maurienne serait particulièrement touchée car selon les syndicats, les 6 centres des impôts disparaitraient et seraient remplacés par un centre unique à Saint-Jean-de-Maurienne. Des services seraient également transférés à Chambéry, Moutiers ou encore la Motte-Servolex. 

Le flou pour les agents

"On ne sait pas où on va aller" déclare un agent du centre de Saint-Michel-de-Maurienne, menacé de disparition. "On ne sait pas combien de postes vont être créés à Saint-Jean et, s'il n'y a plus de place, comment fait-on ?". Même si un agent obtient un poste, il aura de fortes chances de devoir se déplacer. "_On n'a pas envie de devoir faire deux heures de train chaque jour pour aller travailler car on habite dans la vallée_. On veut travailler à proximité de notre résidence." affirme Patricia Lacotte, représentante du syndicat Solidaire Finances Publiques.

"Le personnel est indispensable"

Mais les fermetures de centres auraient également des conséquences pour la population. "Pour les gens c'est un éloignement du lieux de renseignement." déplore Yves Durbet, maire de La-Tour-en-Maurienne. "Il y aura la possibilité d'avoir des renseignements sur internet mais beaucoup de gens n'y ont pas accès, et même des jeunes. Le personnel est indispensable."

Le personnel prévient, d'autres jours de grève ne sont pas à exclure.

Choix de la station

France Bleu