Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Saint-Lô : des riverains hostiles au déménagement de la mosquée

lundi 1 octobre 2018 à 14:59 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

Une dizaine de riverains de l'avenue de Paris à Saint-Lô s'oppose au déménagement de la mosquée de la ville, la seule du centre et sud-Manche, à côté de chez eux. L'association gérant la mosquée appelle au dialogue, et la mairie souhaite apaiser le débat.

Le bâtiment qui doit abriter la future mosquée de Saint-Lô.
Le bâtiment qui doit abriter la future mosquée de Saint-Lô. © Radio France - Marc Bertrand

Saint-Lô, France

"Dans le quartier, personne n'en veut", s'exclame un riverain. Avec une dizaine de voisins immédiats, ils affirment avoir créé un collectif pour empêcher le déménagement de la mosquée de Saint-Lô vers un ex-local commercial à côté de chez eux. Ils estiment ne pas avoir été prévenus à temps. "On l'a appris par l'agence immobilière d'un voisin qui vendait sa maison", explique l'un d'eux. 

La mosquée de Saint-Lô est le seul lieu de culte dans le centre et le Sud-Manche, et l'un des deux seuls du département avec la mosquée de Cherbourg. Aujourd'hui, elle est située dans un local exigu, entre un restaurant d'usine et une station essence, loin du centre-ville dans la ZAC près de l'usine Seb. 

Une préfecture comme Saint-Lô a le droit d'avoir un lieu de culte digne de ce nom" - Mokhrane Bendaoud

Locataire des lieux, l'association Fraternité Saint-Loise qui gère la mosquée souhaite déménager "pour répondre à l'augmentation du nombre de fidèles" et pour "devenir propriétaire" de son lieu de culte. Elle a choisi un ancien local commercial d'environ 200 mètres carrés, situé à proximité du haras. 

Manque de parking, fantasmes et pétition

Pour le collectif de riverains, l'emplacement est très mal choisi. "Il n'y a aucun parking pour se garer", explique l'un d'eux, "parce que même s'ils ne viendront pas tous en voiture, ils disent qu'ils sont 70 à venir prier, mais ils seront peut-être plus". Certains redoutent également du "bruit" supposé d'une mosquée, qui serait causé selon eux par "les prêches au micro". Le collectif affirme qu'il va lancer une pétition pour que les riverains se prononcent "pour ou contre la mosquée"

Dans ce discours, beaucoup de fantasmes, pour le président de l'association Fraternité Saint-Loise, Mokhrane Bendaoud : "Je comprends l'inquiétude des riverains, mais il y a de la place pour tout le monde. En semaine, le nombre de voiture se compte sur les doigts d'une main, il n'y a que la prière du vendredi soir où on peut avoir une dizaine, voire parfois une trentaine de voiture", explique-t-il. 

Les riverains invités à "venir voir par eux-mêmes"

"Moi je les invite à venir voir une prière du vendredi. On n'a pas de hauts-parleurs, pas de muezzin, rien de particulier. Je pense qu'il faut qu'ils viennent se rendre compte par eux-même pour dissiper les interrogations et les peurs", propose Mokhrane Bendaoud. Selon lui, Saint-Lô compte environ 130 musulmans pratiquants. "Il y a deux fêtes importantes par an, où des fidèles viennent de tout le sud et le centre-manche, mais la dernière fois nous avons loué une salle pour l'occasion", ajoute-t-il. 

Une réunion a déjà eu lieu mi-septembre, organisée par la ville. Une seconde réunion aura lieu en mairie le 9 octobre entre représentants de la mosquée et du collectif de riverains. La mairie, qui n'a pas son mot à dire en ce qui concerne les lieux de culte, s'efforce de calmer le jeu et de faire dialoguer les deux parties pour trouver un terrain d'entente

Quant aux riverains, ils affirment avoir pris un avocat : "On étudie la conformité du projet avec les règles de l'urbanisme". Un bâtiment attenant à celui de la future mosquée abrite déjà un autre culte, les témoins de Jéhovah. Mais selon le collectif, "ils ont un parking et ils ne font pas de bruit".