Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Saint-Maur : bientôt un centre de réinsertion pour ex-détenus

mercredi 4 mars 2015 à 10:38 France Bleu Berry

INFO FRANCE BLEU BERRY - Une ferme abandonnée à Saint-Maur, près de Châteauroux, est actuellement transformée en centre de réinsertion pour détenus tout juste sortis de prison. A son ouverture en octobre ce sera l'un des trois établissements de ce type en France.

Les travaux de la ferme des Grands orangeons à Saint-Maur.
Les travaux de la ferme des Grands orangeons à Saint-Maur. - Photo Marie Bonnisseau - Radio France

La ferme de Grands orangeons sera dès l'automne un centre de réinsertion pour ex-détenus. Les travaux ont commencé en février pour aménager cinq appartements dans le corps de ferme. Ils seront loués à des anciens "pensionnaires" du Craquelin (le centre pénitentiaire de Chateauroux), de la centrale de Saint-Maur et du centre psychothérapeutique de Gireugne.

Le dispositif expérimental sera aussi ouvert aux détenus en "aménagement de peine", y compris avec potentiellement des bracelets électroniques. Ce sera le troisième de ce type en France, après Pau et Paris.

Les résidents resteront entre 3 et 6 mois sur place, encadrés par une équipe d'éducateurs - et non de surveillants. Le but est qu'ils repartent avec un travail et un logement, pour éviter la récidive . La petite communauté essayera d'être auto-suffisante en produisant des légumes sur 5 hectares, avant peut-être d'en vendre. Le domaine comprend aussi des ruches, un poulailler et des chevaux.

Le conseil général de l'Indre financera le fonctionnement de la ferme, y compris les salaires des encadrants. Les travaux de réhabilitation, d'un montant de 1,5 million d'euros, sont assumés par l'établissement Blanche de Fontarce, propriétaire des lieux.

Par :