Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Saint-Nazaire : un collectif dénonce la hausse de 60% de la taxe d'habitation pour les résidences secondaires

lundi 4 décembre 2017 à 4:47 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

Ils se sont baptisés "les pigeons de Saint-Nazaire". Plusieurs dizaines de propriétaires de résidences secondaires de la cité portuaire viennent de monter un collectif pour dénoncer la hausse de 60% de la part municipale de leur taxe d'habitation. Ils ont écrit au Premier Ministre Edouard Philippe.

Avec cette hausse, les propriétaires de résidences secondaires s'estiment victimes de discrimination
Avec cette hausse, les propriétaires de résidences secondaires s'estiment victimes de discrimination -

Saint-Nazaire, France

C'est en recevant récemment leur Taxe d'Habitation que la plupart des 2400 propriétaires de résidences secondaires de Saint-Nazaire ont appris la décision municipale d'augmenter de 60% la part de la ville dans l'impôt. Une mesure qu'ils ne digèrent pas. Ils ont décidé de monter un collectif s'estimant "victimes de discrimination". Ils ont écrit au premier Ministre, Edouard Philippe. Plusieurs ont aussi adressé des courriers au maire de Saint-Nazaire, le Socialiste David Samzun.

La grande majorité, ce sont des gens modestes. Les gens aisés, ils vont à Pornichet, à la Baule. Mes grand-parents étaient Nazairiens; je me sens plus Nazairien que Parisien, j'y viens depuis l'enfance. Je suis choqué qu'on veuille me chasser" Jean-Pierre Hochart, propriétaire d'une maison secondaire, habite à l'année en région parisienne

La mort dans l'âme j'envisage de louer mon appartement sur Airbnb pour faire face aux 600 euros de hausse de la Taxe d'Habitation. Nous ne sommes pas des nantis. On fait des sacrifices pour garder ce logement qui appartenait à ma mère. Nous sommes attachés à ce bien de famille, à la ville. Je me sens rejetée" Nicole Dano-Michaudet réside dans l'Eure

La ville assume un choix politique.

La décision d'appliquer la hausse maximale a été votée en janvier 2017. La surtaxe devrait rapporter autour de 600 000 euros à la Ville, ce qui représente environ 0,6% de son budget. C'est un choix politique et non financier afin de privilégier le logement à l'année plutôt que le secondaire dans une ville où le marché immobilier est tendu. Saint-Nazaire compte 38 000 logements à l'année et 2 400 résidences secondaires. Mais le taux du secondaire augmente trois fois plus vite que celui du logement principal (plus 4,5% en moyenne par an depuis 10 ans). La municipalité estime par ailleurs que ce n'est pas contradictoire avec sa volonté de développer le tourisme dans la cité portuaire.

Nous assumons totalement cette hausse. On a une politique offensive de l'habitat qui vise à permettre à tout un chacun de vivre à l'année à Saint-Nazaire à des prix corrects. Nous sommes en zone tendue. Effectivement, nous essayons de limiter le nombre de résidences secondaires" Martin Arnout, adjoint au maire en charge des finances.