Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Saint-Nazaire : une travailleuse sociale a-t-elle été licenciée pour son engagement avec les gilets jaunes ?

-
Par , France Bleu Loire Océan

De nombreux syndicats et associations alertent sur le licenciement d'une Nazairienne en mars dernier. Sa direction lui reproche des propos publics et critiques à l'encontre de la mairie de Saint-Nazaire et de la police en manifestation. Elle conteste devant le tribunal administratif.

Manifestation des gilets jaunes à Saint-Nazaire en mai 2019
Manifestation des gilets jaunes à Saint-Nazaire en mai 2019 © Maxppp - Romain Boulanger

L'histoire fait beaucoup parler à Saint-Nazaire. Le 24 mars dernier, une travailleuse sociale de l'Agence départementale de prévention spécialisée (ADPS) a été licenciée au cours de sa période d'essai pour des propos tenus lors de manifestations avec les gilets jaunes. Sa direction juge que les critiques émises à l'encontre de la mairie et des policiers ne lui permettent pas de représenter l'ADPS. De nombreux syndicats et associations dénoncent "un renvoi acté sur des opinions" et "une grave dérive liberticide". La Nazairienne contestera la légalité de son licenciement devant le tribunal administratif de Nantes lundi 26 avril.

Une travailleuse sociale de Saint-Nazaire a-t-elle été licenciée pour son engagement avec les gilets jaunes ?

Des propos critiques à l'encontre de la mairie et de la police

A 42 ans, Christel Husson a déjà une vingtaine d'années de carrière dans le social, essentiellement en Île-de-France. En 2018, elle découvre Saint-Nazaire, son mouvement des gilets jaunes et tombe amoureuse. Alors pour s'y installer elle cherche du travail. L'ADPS recrute un chef de service, chargé d'encadrer une équipe d'éducateurs spécialisés qui travaillent avec les jeunes dans les quartiers, et de représenter l'ADPS lors de réunions publiques. Elle - la militante de toujours - est prise. "Mon engagement militant était connu au moment de mon embauche, assure-t-elle. J'ai été présentée aux équipes comme ça, "Vous verrez elle est militante, elle va vous plaire""

Le cabinet du maire de Saint-Nazaire l'a repérée

Elle prend ses fonctions le 8 février dernier, et quelques jours plus tard participe à une réunion avec la mairie de Saint-Nazaire. A ce moment-là, un membre du cabinet du maire la reconnait. "Il fonce vers nous et il dit à ma directrice, "C'est qui elle, une stagiaire ?" Là elle dit, "Non, c'est la nouvelle cheffe de service de l'ADPS." Et lui, "Mais non c'est un problème, c'est une militante des gilets jaunes et de la Maison du peuple !""

Mon engagement militant était connu au moment de mon embauche.

Un mois plus tard, Christel Husson est convoquée à un entretien préalable au licenciement pour ses prises de paroles avec les gilets jaunes. L'ADPS s'appuie sur quatre vidéos publiées sur Facebook. L'une date d'août 2019, elle entonne alors une chanson tournant en ridicule le maire David Samzum et son équipe, "Samzun ! Samzun ! T'as pas été malin ! Et tes adjoints, tous des pantins !"

Jugée inapte à travailler avec les partenaires de l'ADPS

Pour la direction de l'ADPS, la réputation de la gilet jaune ne lui permet pas de remplir ses fonctions de cheffe de service éducatif et son rôle de représentation auprès des partenaires publics comme la mairie. Les propos qui lui sont reprochés datent pourtant de 2019 et 2020, avant son embauche. 

Je suis choqué et honteux de cette décision injuste - un collègue qui souhaite rester anonyme

La Nazairienne conteste la légalité de son licenciement, elle sera entendue devant le tribunal administratif de Nantes lundi 26 avril. Ce jour-là, deux mobilisations de soutien sont organisées à l'appel d'une intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires) et de plusieurs associations (dont Attac et La Ligue des droits de l'homme). Un rassemblement est organisé à 11 heures devant la mairie de Saint-Nazaire. A 13 heures, un cortège partira du siège de l'ADPS de Nantes jusqu'au tribunal administratif. 

Ses collègues se disent choqués

L'ADPS étant un groupement d'intérêt public, ses salariés sont soumis au régime de la fonction publique et sont donc tenus à un devoir de réserve. En interne, les collègues de Christel Husson ont soulevé la question de son licenciement en comité technique. L'un d'eux se dit "choqué et honteux de cette décision injuste". "Au niveau professionnel, même si je l'ai côtoyée peu de temps, je peux vous assurer de ses compétences pour assurer une mission de cheffe de service à l'ADPS, ajoute-t-il. Et plus spécifiquement à Saint-Nazaire."

Pas de commentaires de la Ville de Saint-Nazaire

La mairie ne veut pas réagir

Dans un communiqué, l'Agence départementale de prévention spécialisée réaffirme "qu'elle reste profondément attachée à la liberté d'expression de ses salariés ainsi qu'à leurs différents engagements". De son côté, la mairie ne souhaite pas réagir. "Pas de commentaires de la Ville de Saint-Nazaire sur cette "affaire" qui concerne une salariée et son employeur."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess