Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Ouen : une centaine de manifestants défilent pour dénoncer les chantiers des JO de Paris 2024

-
Par , France Bleu Paris
Saint-Ouen

Plus d'une centaine de personnes ont défilé ce mardi 17 novembre, à Saint-Ouen, pour dénoncer les chantiers de construction et d'aménagement prévus en Seine-Saint-Denis pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024. Le département doit accueillir plusieurs épreuves et le futur village olympique.

Manifestation d'opposants aux JO de Paris 2024 à Saint-Ouen, le 17 novembre 2020
Manifestation d'opposants aux JO de Paris 2024 à Saint-Ouen, le 17 novembre 2020 © Radio France - Hajera Mohammad

L'appel avait été lancé par une vingtaine d'associations, collectifs, syndicats et une centaine de personnes y ont finalement répondu pour participer à ce "Toxic Tour". Un défilé entre Saint-Ouen et Saint-Denis en passant par les différents sites en cours d'aménagement pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.

Ces deux communes de la Seine-Saint-Denis, avec l’Île-Saint-Denis, accueilleront le futur village olympique. Le département va également recevoir le village des médias et organiser plusieurs épreuves. Pour ces manifestants, ces chantiers vont surtout générer des nuisances, des "injustices" et une plus grande "bétonnisation" de leur territoire. 

"Des jeux toxiques"

Dolores est venue pour défendre les jardins ouvriers d'Aubervilliers, "un patrimoine qui date de 1935, un très bel endroit et plein de charme", mais dont 1 hectare doit être rasé pour la construction d'une piscine d'entraînement olympique. "Dans l'époque actuelle, avec le réchauffement climatique, détruire 1 hectare de verdure, quel qu’il soit, ça n'a pas de sens", affirme-t-elle. Elle dénonce "le double discours" des élus et des organisateurs qui promettent des "Jeux verts, mais les actes ne suivent pas".

Manifestation d'opposants aux JO de Paris 2024 à Saint-Ouen, le 17 novembre 2020
Manifestation d'opposants aux JO de Paris 2024 à Saint-Ouen, le 17 novembre 2020 © Radio France - Hajera

Les organisateurs promettent des espaces verts et des logements neufs

Pourtant la Solideo, la société de livraison des ouvrages olympiques, rappelle qu'au total 13 hectares d'espaces verts seront créés d'ici 2024 (plus que la surface détruite pour les chantiers a priori). Plus de 4.000 logements neufs seront livrés également pour le 93. Des arguments repris par Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil départemental qui promet néanmoins de rester "exigeant et vigilant" quant au devenir de ces logements et "pour que l'ensemble des investissements publics et privés servent aux habitants de la Seine-Saint-Denis, notamment en terme d'emploi, d'insertion et de formation"

Un risque de "gentrification" pour ces manifestants

Un discours qui ne convainc pas Luna. Pour cette habitante de Saint-Ouen, c'est bien "la preuve qu'on aurait jamais fait tout ça sans les JO. Moi j'aimerais qu'on s'inquiète de la Seine-Saint-Denis, qu'on s'occupe d'elle, de sa population, de tous ses jeunes même sans les JO". La jeune étudiante reste sceptique aussi sur les logements annoncés en héritage de ces jeux :"On sait très bien que les loyers vont augmenter, que la population qui était là avant [dans la ville] ne pourra plus y habiter, il y aura une gentrification". 

Manifestation d'opposants aux JO de Paris 2024 à Saint-Ouen, le 17 novembre 2020
Manifestation d'opposants aux JO de Paris 2024 à Saint-Ouen, le 17 novembre 2020 © Radio France - Hajera Mohammad

Pour beaucoup de manifestants, présents ce mardi, ce rassemblement à Saint-Ouen était seulement le premier d'une longue mobilisation qu'ils comptent bien maintenir jusqu'en 2024. 

Saint-Ouen : une centaine de manifestants dénoncent les chantiers des JO de Paris 2024

Choix de la station

À venir dansDanssecondess