Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Pée-sur-Nivelle : l'urbanisation du quartier Ibarron suscite de l'inquiétude

-
Par , France Bleu Pays Basque

Une pétition a été lancée pour dénoncer le projet d'urbanisation d'une zone de 8,2 hectares, située à 800 mètres du bourg d'Ibarron. Les gérants d'une pépinière et d'un camping craignent que leur activité soit mise à mal.

Le projet prévoit notamment la construction de 160 logements
Le projet prévoit notamment la construction de 160 logements - Image Google Street View

Au Pays basque, on le sait, la pression foncière est forte. A Saint-Pée-sur-Nivelle, elle provoque actuellement des crispations. Les gérants du camping Goyetchea et du GAEC Hazitik Lilia viennent de lancer une pétition pour dénoncer l'urbanisation de la zone dans laquelle ils sont implantés, quartier Ibarron, sur la route d'Ahetze.

Le projet consiste à créer une OAP, une Orientation d'Aménagement et de Programmation, sur une zone couvrant 8,2 hectares. Inscrite dans la révision du PLU, le plan local d'urbanisme, cette OAP prévoit notamment la construction de 160 logements. Elle a été actée en conseil municipal puis lors du conseil d'agglomération en décembre 2019, et doit encore faire l'objet d'une enquête publique.

"Une cohabitation impossible"

Mirentxu Doyenard gère avec son mari le GAEC Hazitik Lilia, spécialisé dans la production de plants de légumes biologiques, et ses serres se situent au beau milieu de la zone en question. "Ce projet nous inquiète énormément. On serait entouré de maisons, et par rapport à l'évolution de nos activités, on aurait aucune possibilité de développement. On voit mal comment nous pourrions transmettre cet outil de travail dans ce contexte-là."

Mirentxu Doyhenard et Jakes Bernet
Mirentxu Doyhenard et Jakes Bernet - Photos Hazitik Lilia
Les serres de Mirentxu et Jakes
Les serres de Mirentxu et Jakes - Photo Hazitik Lilia

A cela s'ajoutent des craintes sur la cohabitation : les diverses machines engendrent des nuisances que ne supporteraient pas des voisins immédiats. Quant à la production de semences, elle pourrait être compromise : "Il est essentiel pour nous de garder la pureté variétale. S'il a des potagers devant chaque maison, les variétés se croiseraient et nous serions obligés d'arrêter la production de semences".

Le camping Goyetchea
Le camping Goyetchea - Google Street View

Pascale Mazet est la propriétaire et co-gérante du camping Goyhetchea, située au nord de la zone. Elle non plus ne veut pas de ce projet qui va, elle en est certaine, faire couler son activité : "Nous accueillons des gens qui sont en vacances, pour la plupart avec leurs tentes. Déjà, le temps des constructions, cela va faire énormément de bruit. A partir du début des constructions, je donne 5 ans à mon camping avant de déposer le bilan".

L'inquiétude du GAEC Hazitik Lilia et du camping Goyhetchea

Plus de 2000 signatures

"Sur un secteur aujourd'hui agricole, la commune de Saint-Pée-sur-Nivelle et l'agglo Pays Basque négligent nos activités économiques, déjà présentes depuis de nombreuses années : 17 ans pour les serres Hazitik Lilia, et 52 ans pour le camping Goyetchea" écrivent les auteurs de la pétition, qui avait recueilli lundi soir en deux jours plus de 2000 signatures.

Ils demandent ainsi l'abandon du projet, et proposent un autre zonage du secteur qui maintiendrait les terres du camping, classerait les terres autour de l'exploitation en agricole, et réserverait 2,3 hectares, au sud, à la construction.

Contacté, le maire de Saint-Pée-sur-Nivelle, Pierre-Marie Nousbaum, ne souhaite pas s'exprimer pour l'instant, préférant attendre la fin de la crise sanitaire. Prévue en mai, l'enquête publique sera reportée à cause du confinement.

Mirentxu Doyhenard : "Oso kezkatuak gira"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess