Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Saint-Pierre-des-Corps : le campement de mineurs étrangers évacué

jeudi 6 septembre 2018 à 15:48 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Le campement de mineurs étrangers de Saint-Pierre-des-Corps a été évacué ce jeudi à l'aube dans le calme. Les 49 jeunes installés illégalement dans le jardin du presbytère ont été relogés dans un hôtel.

Un mineur étranger de Saint-Pierre-des-Corps
Un mineur étranger de Saint-Pierre-des-Corps © Maxppp - Nouvelle République/Maxppp

Indre-et-Loire, France

Les services immigration de la préfecture et de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) ont évacué tôt ce jeudi matin le campement de jeunes mineurs étrangers installés depuis le 26 juillet 2018, dans le jardin du presbytère de Notre-Dame-des-Varennes à Saint-Pierre-des-Corps.    49 mineurs étrangers non-accompagnés, en attente d'une évaluation par l'aide à l'enfance du Conseil départemental d'ici 16 octobre, ont été relogés dans des hôtels.  Quant à ceux qui ont déjà été évalués et refusés par l'Aide à l'Enfance, ils devraient rester sur le campement.   

Un nombre de mineurs étrangers en constante augmentation

Cette évacuation n'est que le dernier épisode en date dans le difficile et complexe dossier de l'accueil des mineurs étrangers non-accompagnés.  Leur nombre ne cesse d'augmenter d'année en année : 209 en 2015, 553 en 2017, et déjà 865 étaient arrivés en Touraine fin août 2018. Le Conseil Départemental expliquent que tous les mineurs passent une évaluation devant les services concernés. En 2017, 399 ont été  refusé étant considérés comme majeurs et en 2018, déjà 426.   Les mineurs étrangers reconnus par l'Aide à l'Enfance doivent ensuite bénéficier du dispositif d’accompagnement auquel ils ont le droit jusqu’à leur majorité.   Un Mineur Non Accompagné coûte 18.000 euros par an au Conseil départemental.   La préfète Corinne Orzechowski a précisé que l'État prendrait en charge 10% de cette somme dès 2019, soit 1.940 euros. Le gouvernement vient aussi de verser 1 million d'euros au Département d'Indre-et-Loire sur les 12 millions consacrés aux migrants mineurs en 2017.  C'est une charge trop importante pour le Département ne cesse de répéter son Président Jean-Gérard Paumier, rappelant que la politique migratoire n'est pas de la compétence des conseils locaux mais de l'Etat.