Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saintes : des habitants créent un comité pour soutenir une famille arménienne menacée d'expulsion

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Une famille arménienne en situation irrégulière est menacée d'expulsion à Saintes. Le tribunal administratif de Poitiers doit décider ce mardi matin de confirmer ou non l'obligation de quitter le territoire français (OQTF) décidée par la préfecture de la Charente-Maritime, il y a une semaine.

Artur Avetisyan et Haykuhi Sakanyan (au milieu), entourés d'une partie de leur comité de soutien à Saintes.
Artur Avetisyan et Haykuhi Sakanyan (au milieu), entourés d'une partie de leur comité de soutien à Saintes. © Radio France - Maïwenn Bordron

Leur avenir dépend du tribunal administratif de Poitiers. Artur Avetisyan et Haykuhi Sakanyan, un couple âgé de 32 ans, et leurs deux filles sont menacés d'expulsion à Saintes, en Charente-Maritime. Ils ont reçu la semaine dernière une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF). Ce mardi matin, la justice doit décider de valider ou non cette décision de la préfecture de la Charente-Maritime. C'est la quatrième OQTF que la famille reçoit, mais cette fois, elle est assortie d'une interdiction de retour sur le territoire, d'une assignation à résidence et d'une interdiction de sortie du département. Un comité de soutien, composé de proches, d'amis et d'habitants, s'est créé à Saintes pour dénoncer cette situation qualifiée "d'aberrante". 

Haykuhi est devenue comme ma fille, Sandra Wong

Menacés de mort en Arménie

Haykuhi est enceinte de 8 mois quand elle arrive en France avec son mari à l'hiver 2013. Ils ne parlent pas un mot de français. Leur vie et celle de leur bébé sont menacées en Arménie alors ils laissent tout derrière eux, leur travail et leur famille. "Je ne veux pas aller trop en détails de l'histoire qu'on a vécue là-bas. On a quitté notre pays très rapidement, en organisant le voyage en quelques jours", raconte-t-elle pudiquement en tenant la main de son mari, assis à ses côtés. On a vanté à ce jeune couple arménien la France, comme étant le pays des droits de l'Homme, alors ils décident d'y demander l'asile.

Cette Arménienne, aujourd'hui âgée de 32 ans, tombe par hasard, lors d'une consultation, sur Sandra Wong, la seule gynécologue qui parle anglais à l'hôpital de Saintes. La médecin prend très vite cette famille sous son aile. Elle et son mari, également gynécologue, les hébergent trois mois dans un premier temps puis leur trouvent une maison, grâce à leur réseau d'amitiés. Les Wong accouchent Sarah, la première fille du couple, puis Eva, née il y a un an et demi. Désormais, des liens très forts unissent les deux familles. "Haykuhi est devenue comme ma fille. Sarah m'appelle sa mamie française et j'ai entrepris des démarches pour adopter Haykuhi parce que vraiment elle appartient à notre famille, elle est dans notre cœur", décrit Sandra Wong, émue.

Sandra Wong : "Je n'imaginais pas qu'on allait leur refuser autant de fois ces papiers"

Aujourd'hui, la famille est parfaitement intégrée à Saintes, y compris à l'école pour la fille aînée Sarah. "Cette famille fait tout pour ses enfants. Cette famille est dirigée vers l'école est intégrée dans un milieu social local dans le quartier. Moi, je ne vois pas pourquoi ça ne serait pas une famille comme tous les autres", s'indigne Olivier Douteau, professeur de Sarah cette année en classe de CP. La petite fille est tellement brillante selon lui qu'elle va sauter une classe et rentrera directement en CE2 à la rentrée.

Là maintenant, je me sens pire que si j'étais une criminelle.                                  
Haykuhi Sakanyan, une mère de famille arménienne, menacée d'expulsion

Après avoir été déboutés de leur demande d'asile en 2014, Artur Avetisyan et Haykuhi Sakanyan comptaient régulariser leur situation en faisant une demande pour "vie privée et familiale". Selon la mère de famille, un titre de séjour est alors donné sur critères, comme le nombre d'années de résidence en France, le nombre d'années de scolarisation des enfants ou encore l'intégration. Mais leur demande a été rejetée à plusieurs reprises par la préfecture de la Charente-Maritime. La famille est très inquiète à l'idée de devoir rentrer en Arménie, où leur vie pourrait toujours être menacée. En attendant la décision de la justice, Artur Avetisyan et Haykuhi Sakanyan doivent pointer deux fois par semaine au commissariat de Saintes, comme des "criminels", lâche la mère de famille.

Je ne vois pas pourquoi ça ne serait pas une famille comme toutes les autres, Olivier Douteau, professeur de Sarah, la première fille de la famille

Une pétition a été lancée en ligne pour réclamer l'annulation de la décision de la préfecture de la Charente-Maritime d'expulser cette famille.  Elle a recueilli plus de 1000 signatures en une semaine.

Écoutez le reportage de France Bleu La Rochelle

Choix de la station

À venir dansDanssecondess