Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On sait qu’on est des confinés privilégiés" : paroles de ceux qui vivent à la campagne près de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Dans le Lauragais, au sud de Toulouse, ceux qui sont confinés sont conscients de leur chance de vivre à la campagne plutôt qu'en ville, même s'ils semblent tout aussi inquiets que les citadins.

Certains vivent le confinement près des champs
Certains vivent le confinement près des champs © Radio France - Clémence Fulleda

Comment les "campagnards" vivent-ils le confinement lié au covid-19 ? On a posé la question à des habitants du Lauragais, au sud-est de Toulouse. Ils sont conscients de leur chance d'avoir, pour beaucoup, un jardin et de l'espace, même si l'inquiétude est là. 

Balade le long des champs

André, retraité, vit près de Villefranche-de-Lauragais. Il a du arrêter les concours de belote. "J'y allais quatre à cinq fois par semaines, et j'ai arrêté bien sûr. Je fais ce qu'ils disent, je tâche de rester au maximum chez moi et j'espère que ça ira", dit-il, un peu inquiet. En revanche, il a un grand jardin, un potager et continue de se balader le long des champs de céréales comme il le faisait avant le confinement. "C'est un chemin où je ne vois personne", précise-t-il. 

Attention, sachez que le ministère des Sports recommande de ne pas aller à plus de 2km de chez soi (en campagne, en ville c'est même moins) et de toujours avoir sur soi une attestation à jour.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On fait moins les courses"

Nathalie elle est assistante maternelle, elle va sans doute être réquisitionnée pour garder des enfants de soignants. Même si maintenant elle dit bonjour de loin à ses voisins, le confinement n'a pas beaucoup changé sa manière de vivre. "Je gardais des enfants chez moi, donc j'ai l'habitude d'être à la maison. Et puis j'ai un grand jardin ! " 

Elle explique toute même aller le moins possible faire les courses pour ne pas prendre de risques. "On mange ce qu'il y a dans le potager, et on a des cochons et des poules !" 

"Un choix de vie"

Pablo lui essaie de faire de grosses emplettes en une fois pour limiter les sorties. Il a également un grand jardin, vit près des champs et se dit "privilégié. Tous les jours je me dis que j'ai bien fait de quitter Paris il y a cinq ans..."Surtout avec un enfant." Mais il ajoute : "Après c'était un choix de vie. Etre à la campagne a des inconvénients : on est isolés, on a moins accès à la culture ou aux soins, on est 'voituro-dépendant'... Mais je suis content d'être là où je suis".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess