Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus: "On sait très bien qu’on va véhiculer la maladie." Le coup de gueule d'une infirmière sans masque

-
Par , France Bleu Hérault

La pénurie de masques touche l'ensemble des soignants du pays confrontés à la gestion de l'épidémie de Covid-19. Une infirmière qui exerce en libéral dans le Biterrois (Hérault) dénonce les risques encourus par elle et ses patients.

Rose, infirmière libérale, n'a reçu que six masques pour tenir les deux prochaines semaines de la part des autorités de santé (illustration)
Rose, infirmière libérale, n'a reçu que six masques pour tenir les deux prochaines semaines de la part des autorités de santé (illustration) © Maxppp - Jean-François Frey

"C’est comme si on nous envoyait au combat en première ligne sans fusil", lâche, dépitée, Rose*, infirmière libérale dans le Biterrois. Comme de nombreux soignants du pays, elle est confrontée au manque de masques de protection FFP2, en pleine épidémie de Covid-19. Après avoir cherché en vain dans les pharmacies de quoi se protéger, elle s'est finalement rangée aux consignes de l'Ordre des infirmiers d'Occitanie, qui a demandé en fin de semaine dernière aux professionnels de santé de se faire référencer auprès de leur pharmacie afin de recevoir des masques.

Six masques pour 14 jours

Mais quand la commande est arrivée, Rose a vite déchanté. "L'infirmière m'a tendu une grande enveloppe en papier, avec dedans seulement six masques". Insuffisant pour elle, qui exerce notamment en maison de retraite. "On va les économiser, ces masques, on va mettre un foulard", regrette-t-elle.

"On a peur pour nous-même, c’est une chose, mais le pire c’est qu’on sait très bien qu’on va véhiculer la maladie. On la véhicule ! D’un résident à un autre. D’un patient à un autre. Chez nous. Quand on va faire les courses, on la véhicule cette pathologie ! Moi c’est ça qui me révolte : qu’on ne nous donne pas les moyens de faire correctement notre métier, insiste-t-elle. On ne demande pas plus, on demande simplement de quoi faire notre métier.

"On met notre vie en danger, et surtout celle de notre patientèle. C'est inadmissible !" _(_Rose, infirmière libérale)

Samedi, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé la commande de 250 millions de masques, qui seront livrés "progressivement".

Rose, infirmière libérale dans le Bitérrois, dénonce le manque de masques de protection pour les soignants.

*Le prénom a été modifié

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu