Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Salle de shoot à Paris : "Un quotidien anxiogène" pour les riverains

lundi 5 mars 2018 à 5:11 - Mis à jour le lundi 5 mars 2018 à 7:00 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Paris et France Bleu

Insalubrité, insécurité.. Les riverains du 10e arrondissement de Paris n'en peuvent plus de la salle de shoot. Cela fait un peu plus d'un an que la salle de consommation à moindre risque (SCMR) a ouvert dans le quartier et les incivilités n'ont pas cessé. 1.800 infractions ont été constatées.

Les riverains avaient installé des banderoles et panneaux à leurs fenêtres, lors de l'ouverture de la salle de shoot, le 11 octobre 2016
Les riverains avaient installé des banderoles et panneaux à leurs fenêtres, lors de l'ouverture de la salle de shoot, le 11 octobre 2016 © Maxppp -

Les riverains du 10e arrondissement de Paris n'en peuvent plus de la salle de shoot ! Cela fait un peu plus d'un an que la salle de consommation à moindre risque (SCMR) a ouvert dans le quartier. Une salle où un peu plus de 200 personnes se rendent chaque jour et où les incivilités n'ont pas cessé.  

Sur le trottoir de la rue Ambroise-Paré, quelques toxicomanes dissimulés sous des capuches attendent l'ouverture de la salle. Un peu plus loin, une voiture de police s'arrête. Elle fait sortir un homme d'une voiture. Un autre est fouillé. Des doses sont retrouvées dans des cachettes. 

"Vous voyez, ça c'est notre vie de quartier", lance un commerçant qui garde un œil sur sa terrasse. "Un quotidien anxiogène" estime Thierry, habitant et membre du collectif des riverains. Un collectif actif depuis le premier jour et qui a récemment interpellé le Préfet de Police Michel Delpuech. 

Plus de 1.800 infractions constatées

Depuis octobre 2016, un peu plus de 1.800 infractions ont été constatées par la Préfecture de police de Paris. Pour détention de drogues, consommation et vols. En réaction, la présence policière a été renforcée et le quartier a été intégré dans la ZSP, la zone de sécurité prioritaire. C'est un premier pas pour les riverains mais ils estiment que ce n'est pas suffisant.

Alexandra Cordebard, maire du 10 e arrondissement de Paris, affirme qu'une maraude aura lieu dans les prochains jours à destination des toxicomanes. Le collectif de riverains lui reste sur sa position : il souhaite déménager la salle de shoot.

Reportage dans le 10e arrondissement, face à la salle de shoot

Alexandra Cordebard, maire du 10e arrondissement de Paris

À LIRE AUSSI ► Bilan mitigé un an après l'ouverture de la salle de shoot à Paris