Économie – Social

Salon Viti-Vini à Epernay : tout pour le vigneron, pour mieux travailler et être plus... écolo

Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne vendredi 14 octobre 2016 à 10:41

L'entreprise Barangé présente sur le salon son nouveau bouchon en liège.
L'entreprise Barangé présente sur le salon son nouveau bouchon en liège. © Radio France - Sophie Constanzer

Près de 200 entreprises et fournisseurs du monde du champagne sont réunis au Millésium d'Epernay pour le salon Viti-Vini. Un salon professionnel qui permet aux vignerons champenois de découvrir les dernières nouveautés, pour embouteiller, remuer ou désherber. Avec une fibre écolo cette année.

Dernier jour, ce vendredi 14 octobre, pour faire des affaires au salon Viti -Vini à Épernay (Marne). Depuis trois jours, près de 200 exposants présentent les derniers équipements à la mode pour la culture de la vigne et la production de champagne. Faciliter la vie du "petit" vigneron, c'est l'objectif de l'entreprise Œnoconcept qui a fabriqué un gyropalette petite capacité pour permettre d'automatiser le remuage même quand les vignerons ne produisent pas plus de 25.000 bouteilles par an. "Pour pouvoir élaborer soi-même son champagne, il faut un certain niveau de production, pour que ce soit rentable, donc on a essayé de garder les avantages des gros remueurs en les passant sur un petit appareil", explique Maxime Poisot, le responsable commercial. 25 appareils de remuage petite capacité ont déjà été vendus en moins d'un an et l'objectif de la société Œnoconcept est de fabriquer 100 machines par an.

L'entreprise Oenoconcept dont le siège est à Epernay a fabriqué un appareil de remuage petite capacité.  - Radio France
L'entreprise Oenoconcept dont le siège est à Epernay a fabriqué un appareil de remuage petite capacité. © Radio France - Sophie Constanzer

Parmi les nouveautés du Salon, des inventions plus écolo

Ce n'est pas dans la cave mais dans l'herbe que Dominique Lefèvre, vigneron à Rilly-la-Montagne, a posé son invention : un dever lame pour rendre plus facile le désherbage mécanique dans les rangs faciliter le désherbage mécanique. "Avec mon système, comme c'est une suspension, la lame va toujours adhérer au sol mais automatiquement", explique Dominique Lefèvre dont l'équipement n'a pas encore été commercialisé. Et puisque l'environnement devient bel et bien une vraie préoccupation - une mode ? -, même le bouchon en liège devient plus écolo. Charles Barangé est le directeur d'exploitation de l'entreprise du même nom à Dizy et il présente au Salon Viti-Vini son bouchon Natura 50 : "avec 50 % en moins de colle et donc la part de colle du bouchon en liège descend à 10 %". L'entreprise Barangé aimerait bien en vendre un million d'exemplaires d'ici 1 à 2 ans.

Dominique Lefèvre, vigneron à Rilly-la-Montagne, a inventé un "dever lame" pour faciliter le désherbage mécanique.  - Radio France
Dominique Lefèvre, vigneron à Rilly-la-Montagne, a inventé un "dever lame" pour faciliter le désherbage mécanique. © Radio France - Sophie Constanzer

Une viticulture champenoise plus respectueuse de l'environnement c'est possible ?

Un pôle environnement au beau milieu du Salon Viti-Vini a été aussi installé cette année, notamment pour renseigner les professionnels sur la viticulture durable. Vigneron certifié à Champillon, Pascal Autréau avoue que c'est un travail de tous les jours : "J'utilise encore quelques désherbants sur le marché, un peu de désherbage mécanique, et beaucoup de tonte... j'ai même investi dans une faucheuse intercept cette année". Le désherbage mécanique, c'est LE gros chantier confirme Stéphane Martin qui dirige l'entreprise Magister à Epernay. "Faut pas un matériel mais plusieurs, qui vont venir se compléter en fonction des conditions météo, ce qui fait que c'est un investissement relativement lourd", explique Stéphane Martin qui conseille près de 250 vignerons dans toute la champagne.

L'autre chantier c'est bien sûr la baisse du nombre de traitements dans les vignes. Difficile cette année avec les conditions météo et le développement de maladies. Selon Magister, la moyenne du nombre de traitements cette année serait proche de 20. Quant au nombre d'exploitations certifiées viticulture durable, il est estimé à 150 aujourd'hui dans toute la champagne.

Partager sur :