Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le sanctuaire de Lisieux prie de nouveau Sainte Thérèse face à la crise sanitaire

Neuf jours de prière face au coronavirus : c'est l'appel du sanctuaire de Lisieux qui renouvelle sa "Neuvaine à Sainte Thérèse", comme en mars dernier. Il s'agit pour le recteur de la basilique de faire preuve de solidarité, même à distance, en pleine deuxième vague de la pandémie.

La basilique de Lisieux organise de nouveau une prière à Sainte Thérèse dans le contexte de crise sanitaire
La basilique de Lisieux organise de nouveau une prière à Sainte Thérèse dans le contexte de crise sanitaire © Radio France - Marcellin Robine

C'est une prière écrite au mois de mars, en plein confinement : la "Neuvaine à Sainte Thérèse pour demander son secours dans cette épreuve du coronavirus" est relancée par le sanctuaire de Lisieux, alors que la deuxième vague frappe de nombreux pays. Le sanctuaire invite sur ses réseaux sociaux les croyants à prier durant neuf jours. "C'est un temps de prière individuel, chacun à son rythme, mais qui reste communautaire, lance le recteur de la basilique, Olivier Ruffray. Sa force, c'est de pouvoir _nous retrouver sans forcément nous voir_"

Geste de solidarité

"On nous annonce cette deuxième vague au creux de laquelle nous pourrions être. Il m'a semblé de bon ton que le sanctuaire de Lisieux puisse _partager cette prière pour le plus grand nombre, pour soutenir ceux qui sont dans l'épreuve_, les familles dans le deuil, les personnes confinées, les soignants qui se mobilisent", énumère le père Olivier Ruffray.

Lors de la première vague du coronavirus, de nombreux croyants s'étaient emparés de cette prière postée sur les réseaux sociaux, à défaut de pouvoir se rassembler. Ecrite en sept langues, elle vise à "permettre que chacun puisse prier de par le monde". "Il nous fallait pouvoir à nouveau la proposer pour encourager, soutenir, retrouver confiance, même si la situation nous ferait baisser les bras de temps en temps", ajoute le recteur de la basilique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess