Société

"Sandwiches, cannabis ou portables : tout passe au-dessus des murs de la prison"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde jeudi 13 février 2014 à 6:00

Une cour de promenade de la maison d'arrêt de Gradignan
Une cour de promenade de la maison d'arrêt de Gradignan © Maxppp - Stéphane Lartigue

Les surveillants de prison manifestent ce jeudi matin à Bordeaux. Ils réclament davantage de personnels face à l'augmentation des agressions et dénoncent l'abandon de la fouille systématique des détenus.

Les propos d'Emmanuel Giraud sont surprenants, et inquiétants. Selon le délégué régional de FO Pénitentiaire, les murs des prisons et notamment de la maison d'arrêt de Gradignan dans l'agglomération bordelaise seraient de véritables passoires.

"Les détenus arrivent à faire rentrer des produits stupéfiants, des téléphones portables mais aussi de l'alimentaire, de la viande ou des sandwiches".

En fait, tout passerait par-dessus les murs de la maison d'arrêt. La fouille systématique des détenus apparaissait donc comme un minimum aux yeux des surveillants de prison. Mais elle a été supprimée par un article de loi voté par la majorité précédente.

Des agressions de plus en plus fréquentes

Les surveillants ont donc décidé de réagir car, selon leur représentant syndical, ils sont aujourd'hui "au bout du rouleau". Ils se rassemblent donc ce jeudi devant les portes de la direction régionale de l'Administration Pénitentiaire à Bordeaux.

Les surveillants de prison dénoncent également la montée en flèche selon eux des agressions qu'ils subissent de la part des détenus. Ils réclament donc davantage de personnels. Ils réclament au gouvernement l'ouverture d'états généraux sur les conditions de travail dans les prisons.

"Les personnels sont au bout du rouleau"

Partager sur :