Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sans-abris en Côte-d'Or : "On manque de logements à bas-coût"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le rapport 2020 de la fondation Abbé Pierre révèle que quatre millions de Français sont mal logés. Il sont même quinze millions à y être confrontés de près ou de loin. En Côte-d'Or, un important réseau associatif vient en aide aux plus démunis, en particuliers les sans abris.

Brice Morey, le directeur général de la SDAT, est l'invité de France Bleu Bourgogne
Brice Morey, le directeur général de la SDAT, est l'invité de France Bleu Bourgogne © Radio France - Arnaud Racapé

Quatre millions de personnes sont mal logées en France : c'est ce qu'affirme le rapport de la fondation Abbé Pierre publié ce jeudi. Le mal-logement, c'est une vaste notion, ça va des sans abris à celles et ceux qui vivent dans un logement indigne.  

A Dijon et en Côte d'Or, plusieurs associations luttent contre ces phénomènes, parmi lesquelles la Société dijonnaise d'assistance par le travail (SDAT). Brice Morey son directeur général est formel : sans toit au-dessus de la tête, on ne peut pas avancer. "c'est essentiel. Si vous n'avez pas de logement, vous ne pouvez pas entamer un parcours de réinsertion ; sans logement, vous devez trouver un toit tous les soirs ; pour avoir des papiers, il faut une adresse, pour avoir un emploi, il faut une adresse. Et c'est important pour se sentir prêt psychologiquement à repartir vers un parcours professionnel."

Des moyens, mais un manque de logements 

C'est l'un des paradoxes, en particulier à Dijon : il y a des sans-abris, alors que la ville ne cesse de construire de nouveaux logements. Le problème, c'est le prix, regrette le directeur associatif. "Les moyens, on les a, on est financés par l'Etat. Là où on est un petit peu en difficulté, c'est pour trouver ces logements, des logements à bas coûts, de petite surface. Ils sont peu nombreux, pris assez rapidement, par des jeunes actifs ou des étudiants. Et pour nous qui suivons ces personnes, c'est un défi au quotidien."

"Redonner la capacité à habiter dans un logement."

Comment la SDAT parvient-elle à prendre en charge ces personnes démunies ? "Nos leviers, c'est de les amener progressivement à retrouver un logement. Quand vous avez un parcours à la rue, retrouver un logement ce n'est pas si évident. Réapprendre à habiter, redonner la capacité à habiter, _c'est notre travail_. Ensuite il faut trouver un logement pas trop cher, adapté, pas trop énergivore. Sans compter qu'il faut garder ce logement, l'assumer. Ça aussi, ça s'apprend", relève Brice Morey.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu