Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sarthe : des galettes pour venir en aide aux pupilles des pompiers

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Dans une dizaine de boulangeries sarthoises, pour chaque galette des rois vendue, un euro sera reversé à l'Œuvre des pupilles des sapeurs pompiers de France. Une organisation qui soutient financièrement et moralement les enfants et les conjoint.e.s des soldats du feu décédés.

David et Ludivine Derré, boulangers à Laigné-en-Belin, avec Christian Letellier, secrétaire général de l'oeuvre des pupilles.
David et Ludivine Derré, boulangers à Laigné-en-Belin, avec Christian Letellier, secrétaire général de l'oeuvre des pupilles. © Radio France - Ruddy Guilmin

Vitrine aux couleurs des soldats du feu, casque miniature sur la caisse et fèves à l'effigie du centre de secours de Teloché... En ce mois de janvier, la boulangerie La Béline, à Laigné-en-Belin, affiche son soutien aux sapeurs-pompiers. Plus particulièrement aux enfants de ceux qui ne sont plus de ce monde. Ici, comme dans une dizaine d'autres boulangeries du département, pour chaque galette des rois vendue, un euro sera reversé à l'Œuvre des pupilles des pompiers (ODP). 

Chaque année, en janvier-férvrier, la boulangère Ludivine Derré écoule "entre 1 500 et 1 800 galettes". À terme, elle espère donc pouvoir remettre "un beau chèque" à cette association qui lui tient à cœur. Et pour cause : "Je suis la quatrième génération de sapeur-pompiers dans ma famille, et avec deux enfants de 10 et 3 ans, je suis susceptible de partir au feu et malheureusement de ne jamais revenir." C'est précisément pour ces pompiers tombés en mission ou même dans leur vie de tous les jours, que l'ODP intervient depuis des décennies.

Ludivine : "Je suis susceptible de partir et de ne jamais revenir"

Plus de 1.300 pupilles en France, dont une trentaine en Sarthe

Cette association national parraine 1.358 pupilles en France, dont une trentaine en Sarthe. Elle offre aux orphelins de père ou de mère différentes formes de soutien financier durant leur scolarité (allocation trimestrielle, aide aux fournitures scolaires, à l'achat d'équipement informatique...), jusqu'à leur insertion dans la vie active (aide au permis de conduire, prime d'installation, aide à la création d'entreprise).

"On ne peut pas remplacer un papa ou une maman, souligne Christian Letellier, président de l'union départementale des amicales de pompiers de la Sarthe et secrétaire général de l'ODP, mais avec toutes ces aides, on les aide à grandir car par essence, nos pupilles sont issues de familles mono-parentales et c'est toujours plus compliqué." Mais le travail de l'œuvre ne consiste pas seulement à distribuer de l'argent. "Il y a aussi tout un soutien moral, voire psychologique car quand un parent disparaît, c'est un vrai cataclysme", précise Christian Letellier.

Un soutien moral et psychologique précieux

Jessica et sa fille Cholé bénéficient d'un soutien précieux de la part des l'œuvre des pupilles
Jessica et sa fille Cholé bénéficient d'un soutien précieux de la part des l'œuvre des pupilles © Radio France - Ruddy Guilmin

Ce choc, Jessica Petitgas l'a connu en 2013, lorsque son conjoint, Yoann Thierry, pompier professionnel, est mort au feu, dans une intervention à Saint-Michel-de-Chavaignes. À 23 ans, elle se retrouve seule, avec sa fille de 3 ans. Et c'est d'abord ce soutien moral essentiel qu'elle va trouver auprès de l'ODP, lors de rassemblements organisés pour les conjoints : "J'ai beaucoup observé, beaucoup écouté les témoignages des autres, sans forcément me confier beaucoup. Mais ça aide énormément. C'est douloureux, on pleure, on rigole, mais c'est magnifique car on se comprend toutes et il n'y a pas de tabou." L'aide apportée par l'intervention d'un psychanalyste se révèle également précieuse. L'œuvre l'aide également à financer une formation, un CAP petite enfance. 

Jessica : "C'est magnifique, on se comprend toutes"

Si l'ODP fournit également une aide matérielle importante pour sa fille Chloé sous la forme d'une allocation, de cadeaux de Noël ou récemment d'un ordinateur, la petite âgée aujourd'hui de 10 ans y trouve surtout "une deuxième famille, une deuxième vie". Notamment à l'occasion de séjours organisés pour les pupilles, dont le dernier à Marseille : "On était dans des familles d'accueil (de pompiers) très gentilles, raconte Chloé, on est allé dans un parc aquatique, on s'est fait des amis, on s'est amusé. Il y a aussi une journée où on s'est réuni pour parler de nos papas et de nos mamans qui sont morts. Le soir on a tous pleuré." Une manière pour elle et pour tous les autres de partager leur peine et d'avancer.

L'an prochain, un partenariat national devrait voir le jour entre la fédération des boulangers et les sapeurs-pompiers afin de mener cette opération de soutien à l'ODP dans des centaines de commerces à travers le pays. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess