Société

Scénario catastrophe pour l'exercice d'accident nucléaire à la Hague

Par Maxime Tellier, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin mardi 29 avril 2014 à 17:15

Un exercice d'accident nucléaire se déroule ce mardi sur le site de la Hague
Un exercice d'accident nucléaire se déroule ce mardi sur le site de la Hague © Maxime Tellier - Radio France

L'alerte est levée depuis 15h40 sur l'usine de retraitement des déchets nucléaires de la Hague. Le site a vécu la journée de mardi au rythme d'une simulation d'accident grave ; un exercice de grande ampleur comme il en existe tous les 3 ans avec Areva, la préfecture de la Manche et l'Autorité de sûreté nucléaire. L'objectif est d'améliorer les procédures si une vraie crise se produit.

Les sirènes de la sécurité civile ont retenti sur tout le site de la Hague et 2 km aux alentours ce mardi vers 9h30. Quelques minutes plus tard, toutes les radios du Cotentin diffusaient un message rédigé par la préfecture demandant aux habitants de se confiner chez eux.

Il faut dire que l'accident fictif était particulièrement grave avec le déclenchement d'une alarme incendie dans un batiment qui abrite du plutonium. Rapidement, la situation dégénère : les pompiers n'arrivent pas à maitriser le feu, deux personnes sont blessés, peut etre contaminés, et doivent etre évacués vers l'hopital le plus proche. Enfin, une fuite radioactive est détectée à l'extérieur de l'usine...

Tout cela entraine l'activation par la préfecture d'un plan d'urgence : Le Plan Particulier d'Intervention (PPI), qui autorise la réquisition des forces de l'ordre et des moyens de communication. Au final, un bilan est rédigé, l'objectif étant d'améliorer les procédures si des dysfonctionnements ont été constatés.

Lors du dernier exercice de ce type il y a trois ans, la communication avec les médias avait été jugée déficiente. La solution a été trouvée par un partenariat entre la préfecture et les radios locales qui ont toutes diffusé des messages à destination des populations pendant la durée de la crise.

Partager sur :