Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation à Limoges pour lutter contre l'expulsion d'un jeune auteur guinéen

lundi 28 mai 2018 à 19:38 Par Solène de Larquier, France Bleu Limousin

Un comité d'acteurs culturels limousins se bat pour aider un migrant guinéen. Adama Diané se dit menacé de mort à cause à cause de son activité de journaliste et veut publier le récit de son difficile périple. Sauf que le tribunal administratif de Limoges a ordonné son renvoi du territoire.

Un jeune auteur guinéen se bat pour pouvoir rester à Limoges et raconter le cauchemar des migrants.
Un jeune auteur guinéen se bat pour pouvoir rester à Limoges et raconter le cauchemar des migrants. © Radio France - Solène de Larquier

Limoges, France

Les yeux au sol et à voix basse, Adama Diané raconte son histoire. Les menaces de mort après son interview d'un opposant politique pour une radio libre en Guinée, la fuite, les exactions, la rétention, le naufrage en mer... puis l'Europe et Limoges qu'il n'a pas choisie par hasard. "Pour moi c'est la ville de la francophonie. Le collectif qui me soutient aujorud'hui, je l'ai rencontré à Lire à Limoges. Tout ce qu'on m'avait dit sur l'activité artistique et littéraire de la ville était vrai.

Pendant son voyage, le jeune homme écrit sur tout ce qu'il trouve : des bouts de papier, des paquets de cigarette où il consigne les horreurs. "Je ne pensais pas que ma vie serait traversée par de telles épreuves" raconte-t-il. "Par exemple les barrages organisés pour soutirer de l'argent" explique le Guinéen de 24 ans avant de reprendre : "Les gens parlent de la vente de migrants en Libye mais ça commence dès les pays d'origine. Je veux parler du Mali, du Burkina Faso, du Niger... Les gens sont kidnappés. On vous fouille et si vous ne donnez pas d'argent, vous êtes incarcérés sans raison." Adama Diané raconte d'ailleurs avoir été retenu dans un enclos au Burkina Faso. 

Un comité de soutien littéraire pour éviter son renvoi

Arrivé dans le Limousin il y a quatre mois, le jeune homme se loge comme il peut et se nourrit au secours populaire. Il voudrait publier son récit et étudier à Limoges où l'université a accepté sa candidature. Sauf que le tribunal administratif de la ville vient d'ordonner son renvoi vers l'Italie. Car c'est là-bas qu'il a été enregistré pour la première fois après avoir été sauvé du naufrage en Méditerranée. Or la procédure de Dublin oblige les migrants à déposer leur demande d'asile dans le premier pays européen foulé. Selon son comité de soutien, le Guinéen a toujours souhaité faire cette demande de séjour en France "car il est francophile et francophone" affirme Marie Virolle, directrice de la nouvelle revue littéraire A

Un cas symbolique

C'est d'ailleurs un hasard si ce sont des acteurs culturels et non pas sociaux qui se sont mobilisés pour Adama Diané comme le raconte Marie Virolle : "Il cherchait un groupe d'auteurs pour l'aider à publier son récit". En aidant ce migrant, le collectif se dit conscient qu'il ne s'agit que d'un cas parmi tant d'autres : "C'est un peu comme l'action du colibri, une goutte d'eau dans l'océan de cette misère de la migration" mais insiste sur la portée symbolique : "ça fait peu de temps qu'on connait les horreurs qui se passent sur le parcours de l'Afrique sub-saharienne jusqu'à l'Europe. Les prisons en Lybie, les prises d'otages... Le récit d'Adama s'inscrit dans un dévoilement qui nous paraît extrêmement important à l'heure actuelle", martelle Marie Virolle qui compte l'aider à publier avec les Editions Marsa. 

Adama Diané est assigné à résidence jusqu'au 1er juillet et peut être renvoyé en Italie à tout moment, ce qu'il redoute : "En arrivant là-bas j'ai erré 15 mois sans obtenir d'information sur mon dossier." Son comité de soutien a lancé une pétition pour obtenir un recours gracieux du préfet. Pour l'instant disponible en écrivant à l'adresse mail marsa@free.fr, elle sera bientôt accessible en ligne.