Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sécheresse dans le Nord : certaines communes ne sont pas reconnues en catastrophe naturelle

-
Par , France Bleu Nord

Dans le Nord, 75 communes avait déposé auprès de la Préfecture une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle pour la sécheresse de l'été 2018, qui avait entraîné des fissures sur certaines habitations. Seules 18 communes ont obtenu cette reconnaissance (Voir la liste en bas de l'article).

Les réparations pour une maison fissurée peuvent monter jusqu'à 300 000 euros
Les réparations pour une maison fissurée peuvent monter jusqu'à 300 000 euros © Maxppp - PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE/MAXPPP

Nord, France

"J'ai un sentiment de dégoût, de révolte." Alain Leclercg, le Maire de Aubers, dans les Weppes, n'en démord pas. Pour la troisième fois après deux demandes précédentes pour les années 2015 et 2017, sa commune n'a pas obtenu de l'Etat la reconnaissance de catastrophe naturelle pour la sécheresse de l'été 2018. 

L'arrêté ministériel a été publié le vendredi 9 août au Journal Officiel. 42 habitations avaient déposé un dossier en mairie, leurs maisons fissurées. Son voisin, le Maire de Redinghem-sur-Weppes, Loïc Wolfcarius, se dit lui "écœuré", dans un post Facebook publié sur la page de sa commune vendredi après-midi, alors que 19 habitations sont concernées. 

La raison de la colère de ces deux édiles ? Le manque de clarté sur les critères qui permettent à 18 communes du département du Nord sur 75 en ayant fait la demande d'obtenir cette reconnaissance de catastrophe naturelle, qui permet aux propriétaires de maisons fissurées de faire prendre en charge par leur assurance le montant des travaux. Des travaux qui peuvent parfois atteindre jusqu'à 300 000 euros

Quels sont les critères ?

La préfecture du Nord explique que pour obtenir la reconnaissance, il faut remplir deux critères, vérifiés par la Commission Catastrophe Naturelle (CatNat), une commission interministérielle chargée d'émettre un avis auprès du Ministre de l'Intérieur qui prend ensuite la décision finale. 

Le premier critère est celui du taux d'argile dans le sol. Constaté régulièrement par le Bureau de Recherches Généalogiques et Minières (BRGM), il ne doit pas être inférieur à 3% sur le territoire de la commune. 

Le second critère, c'est le taux d'hygrométrie. Concrètement, cela veut dire que les réserves en eau dans le sol ne doivent pas être inférieures aux seuils établis les cinquante années précédant la demande de reconnaissance. De plus, il ne doit pas y avoir eu dans la commune d'autres épisodes de sécheresse dans les vingt-cinq années précédentes

Les Maires d'Aubers et de Radinghem-en-Weppes étudient les possibilités de recours auprès de la juridiction administrative contre la décision de l'Etat. Des procédures qui peuvent parfois prendre des années avant d'éventuellement aboutir. 

Alain Leclercq, le Maire d'Aubers, invité de France Bleu Nord

Les 18 communes qui ont été reconnu en état de catastrophe naturelle 

  • Anor
  • Berlaimont
  • Bollezeele
  • Boussois
  • Eringhem
  • Fourmies
  • Le Favril
  • Maroilles
  • Maubeuge
  • Millam
  • Oost-Cappel
  • Pitgam
  • Quaëdypre
  • Rexpoëde
  • Socx
  • Winnezeele
  • Wormhout
  • Zuydcoote