Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sécheresse : le niveau des rivières creusoises devient critique

lundi 17 septembre 2018 à 19:59 Par Camille André, France Bleu Creuse

En Creuse l'état des rivières devient très préoccupant. Certains cours d'eau sont tellement bas qu'on ne peut plus mesurer leur débit par endroit. La Tardes, la Voueize, la Vige et la Creuse ont atteint le seuil d'alerte maximal.

Les cours d'eau sont au plus bas en Creuse
Les cours d'eau sont au plus bas en Creuse © Radio France - Camille André

Creuse, France

La température a encore dépassé les 31 degrés ce lundi 17 septembre en Creuse. Une chaleur exceptionnelle qui s'accompagne d'une intense sécheresse. Partout en Creuse, le gazon ressemble à un paillasson et le niveau des cours d'eau baisse inexorablement. "Sur la Tardes, on ne peut même plus mesurer le débit par endroit, car l'eau ne coule plus", indique Roger Ostermeyer, le chef de service de la Direction Départementale des Territoires (DDT) de la Creuse. 

La carte de la sécheresse réalisée par la Direction Départemenale des Territoires de la Creuse. - Aucun(e)
La carte de la sécheresse réalisée par la Direction Départemenale des Territoires de la Creuse. - DDT

La Tardes, la Creuse, la Voueize et la Vige atteignent ainsi le seuil d'alerte le plus préoccupant, dit "situation de crise renforcée". Le Thaurion et le Cher sont classés en "situation de crise". Tandis que la Gartempe est en "situation d'alerte". Sur le papier, le bassin de la Petite Creuse, qui coule au nord du département, semble épargné. Pourtant, d'après Julien Lemesle, technicien médiateur de rivières et moniteur de pêche sur la rivière, la situation est très préoccupante : "Sur certains cours d'eau, on a vraiment une sécheresse sévère, notamment sur le Verraux. Les populations piscicoles et les insectes qui vivent dans l'eau vont commencer à souffrir. On le surveille étroitement car son niveau est très bas."

Il va falloir qu'il pleuve rapidement si on ne veut pas courir à la catastrophe

Sur le bassin versant de la Petite Creuse,  les cours d'eau de la rive gauche souffrent beaucoup plus que la rive droite à cause des spécificités géologiques du territoire. 

Les collectivités au chevet des cours d'eau

Hasard du calendrier, ce lundi 17 septembre, les collectivités qui œuvrent sur le bassin de la Petite Creuse ont décidé de s'unir en créant "le syndicat mixte du bassin de la Petite Creuse". 

Jusqu'à présent, de nombreux acteurs intervenaient dans la gestion de l'eau sur ce bassin : Les communautés de communes Creuse Confluence, Portes de la Creuse en Marche, Monts et Vallées Ouest Creuse, le syndicat Intercommunal à Vocation Multiple du Contrat de Pays de Boussac Châtelus-Malvaleix (SIVOM), le Syndicat Intercommunal d'Aménagement de la Vallée de la Creuse et de ses Affluents (SIARCA), et l'Etablissement Public Territorial du bassin (EPTB) de la Vienne. Dorénavant, ils travailleront tous ensemble et promettent plus de cohérence et d'efficacité dans leurs actions environnementales.

Le but de ce syndicat sera d'appliquer le Contrat territorial milieux aquatiques, un programme d'actions pour l'environnement lancé en 2015.  Ce dernier comprend plusieurs missions. Il génère des actions quotidiennes d'entretien des rivières. En Creuse une grosse partie des actions est menée en lien direct avec les agriculteurs car l'activité d'élevage génère parfois une dégradation du milieu aquatique : "la conséquence de l'élevage, quand les animaux viennent boire à la rivière, ça va être l'effondrement des berges, avec l'élargissement du cours d'eau et donc la baisse du niveau général. Il peut aussi y avoir des apports de matières organiques", énumère Julien Lemesle. 

Le syndicat mixte compte aussi lancer des actions pour mieux entretenir les berges et les étangs. "l'accumulation des sédiments et des vases peut engendrer des apports brutaux de matière organique et donc des pollutions des milieux aquatiques". 

Bientôt un impact sur le niveau des cours d'eau?

Toutes ces actions pourraient peut-être à terme avoir un impact sur le niveau des cours d'eau dans la Creuse. Stéphane Loriot, le directeur de l'EPTB Vienne se veut prudent : "la sécheresse est une problématique complexe, mais les actions qui vont être menées par le syndicat sont des actions de fond, explique-t-il, nous allons essayer de préserver les zones humides, qui jouent un peu le rôle d'éponge : elles se rechargent l'hiver et restituent un flux continu progressif d'eau pour soutenir les faibles débits le reste de l'année. C'est tout l'ensemble de ces actions vont viser à favoriser la quantité d'eau dans les cours d'eaux." Les retombées positives de toutes ces mesures pourraient ne pas se voir avant plusieurs années.