Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Sécurité : la ville d'Orléans va tester des détecteurs de sons anormaux

Par

Afin d'améliorer l'efficacité du système de vidéosurveillance, la ville d'Orléans va mener une expérimentation avec la start-up orléanaise Sensivic : coupler certaines caméras avec des détecteurs de sons qui alerteraient la police municipale sur des bruits suspects, tout en respectant la vie privée.

Dans cette phase expérimentale, 3 ou 4 caméras de vidéoprotection de la ville d'Orléans seront couplées à des détecteurs de sons Dans cette phase expérimentale, 3 ou 4 caméras de vidéoprotection de la ville d'Orléans seront couplées à des détecteurs de sons
Dans cette phase expérimentale, 3 ou 4 caméras de vidéoprotection de la ville d'Orléans seront couplées à des détecteurs de sons © Maxppp - Rémy Perrin

Comment améliorer l'efficacité des caméras de vidéosurveillance ? La ville d'Orléans va mener dans les prochaines semaines une expérimentation plutôt originale : un dispositif capable de détecter les bruits suspects dans l'espace public, sans atteinte à la vie privée.

Publicité
Logo France Bleu

Un logiciel qui définit le paysage sonore de la ville

Actuellement, les 220 caméras de la ville fournissent à la police municipale de l'image mais pas de son : c'est impossible pour des raisons techniques et surtout juridiques - pour le respect de la vie privée, il est en effet interdit d’enregistrer des conversations dans la rue... D'où l'idée de se doter d'un moyen qui permettrait de repérer les bruits suspects, comme les détonations, les bris de glace, les cris de détresse, les accidents, etc.

C'est ce que propose la start-up orléanaise Sensivic, basée au Lab'O, qui a conçu un logiciel basé sur des détecteurs de sons et capable de définir le paysage sonore habituel d’une ville. Lorsqu’un son anormal se produit, cela déclenche une alerte, qui pourrait être reliée au système de vidéosurveillance de la ville : c'est l'expérimentation qui va bientôt avoir lieu au CSO, le centre de sécurité orléanais, là où la police municipale gère les images diffusées par les caméras.

Une alerte, mais pas de son pour la police municipale 

"Si cela fonctionne, cela pourrait être un formidable outil d'aide à la décision pour les téléopérateurs, explique Florent Montillot, l’adjoint au maire d’Orléans chargé de la sécurité. L'idée, c'est que si un son anormal est détecté, comme un coup de feu, un bris de glace, un cri de détresse, immédiatement une alerte avertirait l'agent qui surveille les écrans au CSO ; celui-ci pourrait aussitôt regarder et identifier le lieu où cela s'est passé, et donc envoyer une équipe." L'agent reçoit juste une alerte, mais en aucun cas il n'entend directement le son, le respect de la vie privée est donc garanti.

Le CSO (le centre de la sécurité orléanais), là où parviennent les images de 220 caméras de vidéoprotection de la ville d'Orléans - DR - Ville d'Orléans

Reste à savoir si le système est fiable et qu'il n'engendre pas de fausses alertes... Dans le cadre de cette expérimentation qui sera prise en charge financièrement par Sensivic, seules 3 ou 4 caméras de la ville vont être couplées à ce système de détecteurs de sons. On ne sait pas encore combien de temps il faudra pour valider ou non cette expérimentation.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu