Infos

Sécurité renforcée pour la rentrée au Lycée Pergaud à Besançon

Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Besançon mercredi 31 août 2016 à 21:21

Recommandations du Ministère de l'Education Nationale
Recommandations du Ministère de l'Education Nationale

Le lycée Pergaud à Besançon est le plus gros lycée de Franche-Comté. 2200 élèves vont y faire leur rentrée des classes cette année. Une rentrée 2016 qui sera placée sous le signe de la sécurité.

Pour assurer la sécurité des 2200 élèves qui feront leur rentrée cette année au lycée Pergaud, et pour répondre aux consignes de sécurités données par le gouvernement après les attentats de cet été, le proviseur Gabriel Lienhard a pris plusieurs mesures. Des mesures qui seront appliquées dans de nombreux établissements de Franche-Comté

  • Une seule grille d'accès 

C'est une mesure qui sera valable toute l'année scolaire, pendant les heures les plus sensibles de la journée, celles où il y a le plus d'élèves. Habituellement il y a 4 portails d'accès à cet établissement, mais un seul sera ouvert, pour permettre aux surveillants de mieux identifier qui entre dans le lycée

  • Un nouveau système de vidéosurveillance

Il y avait déjà un dispositif de caméras de vidéosurveillance mais "il manquait d'efficacité" d'après le proviseur. Il y a donc de nouvelles caméras, plus performantes, plus nombreuses et qui sont placées notamment à toutes les entrées du lycée.

  • Des surveillants redéployés 

Le lycée n'a pas pu embaucher de nouveaux "pions". Mais la quarantaine de surveillants qui travaille dans le lycée a vu son emploi du temps légèrement modifié. C'est pour qu'il y ait du monde en permanence au niveau du portail d'accès. Ce sont les surveillants les plus anciens qui assureront ce poste à la rentrée, parce qu'ils connaissent déjà un certain nombre d'élèves et qu'ils ont l'habitude de détecter des comportements anormaux.

  • Des professeurs vigilants

Lors de la réunion de pré-rentrée, le proviseur a demandé aux professeurs principaux de chaque classe d'être particulièrement vigilants tout au long de l'année. D'abord pour interdire les attroupements devant le lycée. Ensuite pour détecter les élèves qui seraient susceptibles de se radicaliser

  • La présence des forces de l'ordre ? 

Ça c'est un élément qui ne dépend pas du proviseur, mais le gouvernement a promis que les gendarmes, les policiers, les militaires et les réservistes feraient des rondes plus fréquentes devant les plus gros établissements, devant les sites les plus sensibles.

Partager sur :