Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sécurité routière : baisse du nombre de morts historique en France, relative pour la Corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Le Premier ministre a présenté ce lundi les chiffres de l'accidentologie pour l'année 2018. 3 259 morts sur les routes de France, c'est le chiffre le plus bas jamais enregistré. En Corse, en revanche, on ne peut pas parler de baisse notable avec 29 accidents mortels au total contre 30 en 2017.

Sécurité routière : baisse du nombre de morts historique en France, relative pour la Corse
Sécurité routière : baisse du nombre de morts historique en France, relative pour la Corse © Radio France - France Bleu

Corse, France

Si au niveau national le nombre de morts sur les routes diminue pour atteindre 3 259 tués en 2018, le chiffre le plus bas jamais enregistré, en Corse, la baisse est relative. 29 personnes sont décédées sur les routes insulaires en 2018 contre 30 en 2017

10 personnes ont trouvé la mort en Corse-du-Sud parmi elles, 6 motards. En Haute-Corse 19 personnes ont perdu la vie l’année dernière. Les routes de Haute-Corse restent donc les plus accidentogènes de l'ile. Hervé Doutez directeur de cabinet du Préfet de la Haute-Corse.

Des accidents principalement causés par la consommation d'alcool, de stupéfiants ou encore une vitesse excessive selon la préfecture. 

Une présentation des chiffes hier qui a relancé le débat sur la limitation à 80km/h. Selon le Premier ministre, grâce à cette mesure 116 vies ont pu être sauvées sur les routes concernées. Une décision que nous savions "impopulaire", mais "qui produit des résultats" dit Edouard Philippe. Selon Olivier Capgras, directeur régional de la prévention routière pour le Sud de la France, pour savoir si une mesure est bonne il faut se donner le temps.