Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécurité routière : le passage aux 80 km/h a permis de sauver "336 vies" selon Emmanuel Barbe

-
Par , France Bleu

Invité de France Bleu ce mardi, le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe a défendu l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires alors qu'une vingtaine de départements réfléchissent à repasser aux 90 km/h.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière
Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière © Radio France - .

La limitation à 80 km/h sur les routes secondaires a permis de sauver "336 vies"en 18 mois a affirmé Emmanuel Barbe sur France Bleu ce mardi. Alors que trois départements ont déjà acté le retour aux 90 km/h, le délégué interministériel à la sécurité routière, qui prendra ses nouvelles fonctions de préfet de police des Bouches-du-Rhône le 24 février prochain, a une nouvelle fois défendu la réforme. "Si vous roulez moins vite et que vous croisez quelqu'un de saoul qui fait une embardée, vous aurez une petite chance d'éviter cet accident" a-t-il assuré, rappelant que le nombre de morts sur les routes n'a jamais été aussi bas qu'en 2018 en France métropolitaine. 3.259 personnes ont été tuées, soit neuf de moins que le précédent "record" de 2013.

Le retour aux 90 km/h, "une lourde décision"

Interrogé sur le choix de certains élus locaux de rétablir la vitesse à 90 km/h sur tout ou partie des routes de leurs départements, Emmanuel Barbe a estimé que "prendre la décision d'augmenter le risque" est "une lourde décision". "Je pense que dans certains cas, on peut remonter sur certains tronçons à 90 sans excessivement de risques. En tant que tel, les 90 km/h ne sont pas un totem, c'est juste une question d'augmenter le risque" a-t-il expliqué sur franceinfo, "et je crois qu'il y a eu beaucoup de demandes que la décision soit prise localement. Mais je pense que localement, prendre la décision d'augmenter le risque, c'est une lourde décision."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess