Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sécurité routière : le préfet de l'Isère va accroître les immobilisations de véhicules

-
Par , France Bleu Isère

Mi-septembre, il y a déjà plus de tués sur les routes en Isère que durant toute l'année 2018. En cette journée spéciale "sécurité routière tous concernés" sur France Bleu et France 3, le préfet de l'Isère appelle les isérois à une prise de conscience et annonce un renforcement des sanctions.

Lionel Beffre préfet de l'Isère
Lionel Beffre préfet de l'Isère © Radio France - Benjamin Bourgine

Isère, France

59 personnes ont perdu la vie sur les routes iséroises depuis janvier dernier, c'est déjà trois vies de plus broyées sur la route, par rapport à toute l'année 2018. 

Une situation qui préoccupe le préfet de l'Isère Lionel Beffre qui rappelle que ces dernières années le nombre de morts sur la route avait tendance à baisser. Il regrette donc un changement de comportement des automobilistes et des motards. "Souvent la tentation c'est d'accuser le réseau routier, or on s'aperçoit que la vitesse et l’inattention des conducteurs sont responsables d'une grande majorité des accidents". 

Le téléphone au volant en cause dans un accident mortel sur trois en Isère

L'inattention c'est notamment le téléphone portable au volant qui est en cause dans un accident mortel sur trois en Isère. Autre chiffre qui interpelle, dans 14% des cas, les victimes ne portaient pas leurs ceintures de sécurité. Les victimes sont la plupart du temps des isérois qui meurent à quelques kilomètres de chez eux. "Il faut donc se méfier des trajets qu'on connait par cœur" rappelle Lionel Beffre.

Interpellé par "les motards en colère" qui dénoncent une dégradation de l’état des routes, "des bandes de goudron liquide, des graviers, des dos d’âne dans les virages", Le représentant de l'État en Isère affirme que la mauvaise qualité des infrastructures reste ce jour "un épiphénomène, si on compare avec la vitesse et les virages mal appréhendés". 

Le préfet va convoquer les moto-écoles

27% des accidents mortels en Isère impliquent des motards alors qu'ils ne représentent que 2% des usagers de la route selon les chiffres dévoilés par la préfecture. Devant cette sur-représentation le préfet de l'Isère annonce qu'il va réunir les moto-écoles "pour voir avec elles comment l'apprentissage se fait, s'il y a des lacunes et recadrer les formateurs".

Les 17 radars dégradés seront replacés par des radars "nouvelle génération"

Parmi les causes qui peuvent expliquer ce relâchement des comportements, il y a la mise hors service de nombreux radars depuis près d'un an maintenant, avec le mouvement des gilets jaunes notamment, et le climat de défiance contre les autorités. 

"En Isère, sur 34 radars fixes, 17 ont été lourdement vandalisés" affirme le préfet qui annonce leur remplacement d'ici la fin de l'année par des "radars d'un nouveau type, des radars tourelles en mesure de sanctionner plusieurs infractions (absence de ceinture, téléphone au volant, etc...) ces radars resteront signalés" précise le préfet qui rejoint le délégué inter-ministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe qui accuse ceux qui dégradent les radars "d'avoir du sang sur les mains." 

Devant cette situation globalement inquiétante sur les routes de l'Isère, le préfet réaffirme sa détermination à traquer les chauffards. Le haut niveau de contrôles sur le terrain sera maintenu avec des consignes très strictes. Lionel Beffre conclu ainsi : "Nous pouvons immobiliser administrativement le véhicule et nous allons utiliser ce droit avec plus de sévérité."

Choix de la station

France Bleu