Société

Sécurité routière : les opposants à la limitation de vitesse à 80km/h réunis au Sénat

Par Julie Guesdon, France Bleu mardi 22 avril 2014 à 11:19 Mis à jour le mardi 22 avril 2014 à 17:31

Manifestation des motards à Paris contre la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires
Manifestation des motards à Paris contre la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires © MaxPPP

Les opposants à la baisse de la limitation de vitesse sur les routes secondaires se sont réunis ce mardi au Sénat. Ils souhaitaient s'exprimer sur l'inefficacité, selon eux, de la mesure alors que des experts avancent qu'elle pourrait sauver 450 vies chaque année.

La mesure pourrait épargner 450 morts chaque année. Le 16 mai prochain, le Comité national de la sécurité routière (CNSR) doit donner un avis consultatif sur des recommandations pour réduire le nombre d'accidents de la route. En prévision, les opposants à la baisse de la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires se sont réunis au Sénat ce mardi. Leur objectif : montrer leur détermination et argumenter sur l'inefficacité de cette mesure. 

Dix jours après une manifestation dans plusieurs grandes villes françaises, les opposants à la baisse de vitesse veulent au contraire mettre en avant "la conduite responsable". Ils étaient invités à s'exprimer sur les thèmes de "la vitesse, ennemie numéro un de la route ?" et "Comment repenser une politique de sécurité routière ?". Parmi les intervenants, l'ancien commissaire de police Philippe Vénère, auteur du livre "Manuel de résistance contre l'impôt policier", publié en 2009, contestera le projet "qui vise à remplir les caisses de l'État". Le policier avait déjà alerté sur les répressions "aveugles et systématiques" de certaines infractions.

66% des accidents ont lieu sur des deux-voies

Les axes routiers ciblés par la baisse de la limitation de vitesse de 90km/h à 80km/h sont les routes secondaires bi-directionnelles. C'est en effet sur ces deux-voies qu'ont lieu 66% des accidents de la route. Selon plusieurs experts, baisser de 10km/h la vitesse autorisée sur ces routes sauverait entre 400 et 500 vies chaque année.

Peu convaincus, plusieurs mathématiciens, techniciens ou économistes ont avancé mardi moult chiffres en défaveur de la limitation de vitesse à 80km/h. En "croisant des chiffres" mais sans donner pour autant les détails de ses calcules, le polytechnicien Bernard Beauzamy affirme qu'elle engendrerait "100.000 chômeurs en plus". En écho, l'économiste Rémy Prud'homme s'est penché sur les effets de la limitation de vitesse sur les routes aujourd'hui limitées à 110km/h, 90km/H ou 50km/h. Selon cet ancien professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, ces effets seraient négatifs : par exemple, en agglomération, ramener la vitesse à 30 km/h permettrait une économie de 300 millions d'euros (coûts liés aux morts et aux blessés en moins), mais engendrerait une dépense de "44 milliards d'euros pour le temps perdu par les automobilistes".

Enfin, le président de l'Association technique route et infrastructures, Pierre Calvin, a souhaité mettre l'accent sur les dépenses insuffisantes de l'État, insistant sur le "rôle capital du dessin des routes, des marquages au sol, des glissières de sécurité et de l'adhérence des revêtements". Il rappelle que l'État récolte chaque année "37 milliards d'euros de gain grâce à la route, notamment via les taxes sur les carburants, mais n'en dépense que 17 milliards".

Ces discussions surviennent alors que le mois de mars 2014 s'est montré particulièrement tragique sur la route. Selon les derniers chiffres de la Sécurité routière, il y a eu 28% de morts en plus sur les routes par rapport à mars 2013.

Baisse du nombre de tués sur les routes en novembre : les chiffres de la Sécurité routière   - Maxppp
Baisse du nombre de tués sur les routes en novembre : les chiffres de la Sécurité routière © Maxppp

Partager sur :