Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange
Dossier : Sécurité Routière : journée #TousResponsables mercredi 18 septembre

Sécurité routière : un bilan positif pour la zone 20 km/h à Valognes

-
Par , France Bleu Cotentin

C'est un retour d'expérience positif. Pour Jacques Coquelin, le maire de Valognes, la zone 20 km/h mise en place dans le centre-ville à l'été 2013, a fait ses preuves. La limitation concerne le boulevard Felix Buhot et celui de la division Leclerc. Du côté des habitants, les avis divergent.

"Priorité aux piétons" et "liberté pour les cyclistes", de nombreux panneaux tel que celui-ci sont affichés dans le centre-ville de Valognes, pour annoncer les zones partagées.
"Priorité aux piétons" et "liberté pour les cyclistes", de nombreux panneaux tel que celui-ci sont affichés dans le centre-ville de Valognes, pour annoncer les zones partagées. © Radio France - Léa Dubost

Zone partagée, zone de rencontre ou encore zone 20 km/h, vous en avez sûrement déjà entendu parler. Mais il est rare d'en traverser une en plein centre-ville. Si les zones limitées à 30 km/h se multiplient, les 20 km/h sont moins nombreuses. 

Pourtant, à Valognes, cela fait maintenant six ans que le boulevard Felix Buhot et celui de la division Leclerc sont devenus des zones de rencontre. Le piéton y est prioritaire, les cyclistes sont libres, et les automobilistes doivent être vigilants. Un dispositif qui a de nombreuses conséquences positives, selon Jacques Coquelin, maire de Valognes. 

"Le trafic est plus fluide et la circulation est apaisée. Il n'y a pas eu d'accident majeur. Et c'est plus facile quand on roule lentement de trouver une place de stationnement. Donc pour les commerçants, il y a possibilité d'avoir des futurs clients qui peuvent s'arrêter", se réjouit le maire.

Une cohabitation parfois difficile

Du côté des automobilistes, certains se sont bien habitués à cette zone 20 km/h. "Je trouve ça bien, les piétons peuvent traverser quand ils veulent, confie une automobiliste. Le seul problème, c'est qu'il faut être vigilant, et qu'ils ne se jettent pas sur les voitures non plus", ajoute-t-elle. "On se sent plus en sécurité", poursuit un cycliste.

D'autres habitants, au contraire, ne sont pas convaincus. "Depuis qu'il y a le 20 km/h, personne ne le respecte", se plaint Dominique, motard, qui emprunte régulièrement cette route. "Pour les enfants c'est bien. Mais le problème, c'est que personne ne respecte la limitation. Puis, c'est lent...", ajoute Philippe, automobiliste. 

Pourtant, le maire assure que les habitants se sont appropriés cette zone. "Je crois que c'est à chacun de prendre sa part de responsabilité, et de faire attention aux piétons, aux cyclistes et aux automobilistes", affirme-t-il. "On sait bien que personne ne roule à 20 km/h, c'est compliqué, mais le principal c'est de créer une zone de rencontre où la circulation est apaisée et plus fluide. Et je pense que c'est réussi", conclut Jacques Coquelin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess