Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécurité urbaine à Alençon : de nouvelles caméras et des renforts de police municipale annonce Joaquim Pueyo

Le maire d'Alençon, Joaquim Pueyo, était l'invité de France Bleu Normandie ce mardi 20 avril 2021. Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur la sécurité dans les quartiers, il est revenu sur les violences à Perseigne ces dernières semaines et annonce des mesures pour restaurer la tranquillité.

Joaquim Pueyo le maire (PS) d'Alençon
Joaquim Pueyo le maire (PS) d'Alençon © Maxppp - .

Joaquim Pueyo était l'invité de France Bleu Normandie Matin ce mardi 20 avril 2021. Le maire (PS) d'Alençon est revenu sur les violences urbaines qui ont perturbé la tranquillité du quartier populaire de Perseigne ces dernières semaines. Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur la sécurité dans les quartiers, l'édile de la ville-préfecture de l'Orne explique qu'il n'entend rien lâcher. Il annonce le renforcement des caméras de vidéo-protection et l'embauche dans l'année de deux nouveaux policiers municipaux.

Est-ce que la situation de ces dernières semaines dans le quartier Perseigne vous inquiète ?

"La situation nous a inquiétés, bien évidemment, parce qu'il y a eu des violences. Il y a eu des véhicules qu'ont brûlé. Il y a eu des policiers qui se sont fait attaquer par des tirs de mortiers, par une vingtaine, une trentaine de personnes. Ce sont des faits qui sont inacceptables et beaucoup d'habitants, bien sûr, s'interrogent. Ils ne se sentent pas en sécurité quand on voit ce genre de faits. Donc moi, j'ai alerté à plusieurs reprises les services de la préfecture, le procureur de la République, les services de la police. Donc, il y a eu effectivement des renforts. Il y a eu l'arrivée de CRS également pour, d'une part, apaiser toutes ces tensions. Et la question qu'on doit se poser, mais pour quelles raisons il y a eu effectivement ces faits inacceptables ? Parce que je crois qu'il faut le dire clairement. La police travaille. Elle essaye de démanteler les trafics de stupéfiants qui existent dans ce quartier là. Malheureusement, dans beaucoup de villes en France, ce genre de trafic se développe. 

Moi, mon objectif, c'est que le droit doit être appliqué partout, que la sécurité est une priorité. Ce n'est pas par hasard qu'on a, disons, cassé les caméras parce qu'elles étaient un levier qui apporté un plus pour la tranquillité publique, pour la sécurité publique. Les caméras seront réinstallées. De toute façon, on ne lâchera rien. On va renforcer d'ailleurs les effectifs de la police municipale. J'ai demandé à la police nationale d'être très présente sur le terrain. C'est ce qu'ils font actuellement. Il n'est pas question que ce soit des délinquants qui gèrent une partie du quartier ou quelques immeubles. Je suis déterminé, parce que c'est des faits inacceptables et par conséquent, il faut les traiter. D'ailleurs, toutes les semaines, nous avons une réunion avec le procureur puisqu'il a créé un groupe local de sécurité dans lequel je suis associé. On voit toutes les situations, semaine par semaine ou tous les quinze jours, tout du moins avec les autres services. On travaille sur le fond de ce dossier qui est quand même complexe."

L'Etat fait-il ce qu'il faut ?

"La justice fait son travail en fonction des éléments qu'on leur donne. Mais ce que je souhaite, c'est qu'il y ait davantage de policiers. On a réclamé au gouvernement plus de policiers sur l'agglomération alençonnaise. Je viens d'entendre le président de la République qui dit qu'il va renforcer le nombre de policiers sur le territoire français parce que les phénomènes de violence, on les observe un peu partout en France. C'est un sujet qui préoccupe nos concitoyens parce que s'il n'y a pas de sécurité, il n'y a pas de liberté. Ce n'est pas acceptable que des hommes ou des femmes aient des difficultés à se déplacer eux mêmes ont peur de sortir. Par exemple, le soir, ce n'est pas acceptable. Si on veut vraiment que nos libertés individuelles soient respectées, il faut de la sécurité. Si on veut de la sécurité, ça veut dire davantage de policiers, mais également davantage de suivi sur le plan pénal. Ça veut dire davantage de magistrats également. C'est très lié à la chaîne pénale et doit être très réactive. Peut être que si les magistrats sont suffisamment nombreux et je pense y compris sur Alençon, il n'y a pas assez de magistrats." 

Quand le procureur de la République d'Alençon invite les habitants à ce que les langues se délient. Vous soutenez sa démarche ?

"Oui. Il faut que les habitants montrent leur mécontentement par rapport à ces faits là. C'est difficile parce qu'il y a une pression inacceptable. Il y a des représailles qui se font. Soit on brûle les voitures. On a vu malheureusement des victimes me dire mais j'ai fait une réflexion à des jeunes. Et bien ils ont brûlé ma voiture la nuit. C'était il y a quelques années. Donc ça, c'est inacceptable. Et moi, je pense que l'autorité doit être rétablie partout sur la ville. C'est une ville tranquille. C'est une ville où les taux de délinquance sont relativement faibles par rapport à notre strate de population. Mais il y a des épiphénomènes qu'on ne peut pas laisser et qu'on doit absolument traiter. Et puis, on a des bandes qui sont arrivées depuis quelques mois sur Alençon, qu'on ne connaissait pas avant. Et il faut absolument que ces bandes soient démantelées et soient jugés lorsqu'ils commettre des délits."

Et vous ? Que pouvez-vous faire en tant que maire d'Alençon ? Que faites-vous à Perseigne ?

"Déjà, on a fait beaucoup de travail dans ce quartier. C'est un quartier qui a fait l'objet d'une rénovation urbaine totale. On a construit effectivement des équipements collectifs de bon niveau, au niveau culturel, au niveau de la salle, au niveau du centre social.  Il y a un travail qui a été fait aussi pour les commerces. Perseigne a fait l'objet d'une requalification avec des espaces verts, avec des jeux pour les enfants. Donc, c'est un très beau quartier. Maintenant, pour la sécurité, il faut absolument qu'on renforce cette tranquillité. Nous, notre compétence, ce n'est pas la sécurité générale. C'est l'État. On a déjà mis des caméras. On va probablement renforcer le dispositif des caméras.

Et puis, en terme de présence policière, on va créer deux postes supplémentaires de policiers municipaux pour une présence plus forte sur le terrain, même si la police municipale n'a pas le même rôle que la police nationale. Elle est plutôt axée sur la tranquillité sur le civisme et sur l'observation. Et nous sommes en train de finaliser une charte entre la police nationale et la police municipale pour que l'on travaille de manière intelligente et d'une manière très complémentaire. C'est un travail global avec la préfecture, avec le parquet, le procureur de la République et avec les services de police. Donc on est tous les jours mobilisés sur cette question."

Joaquim Pueyo maire (PS) d'Alençon, invité de France Bleu Normandie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess