Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ségur de la santé : des accords locaux pour 86 postes supplémentaires au CHRU de Tours

-
Par , France Bleu Touraine

La direction du CHRU de Tours a annoncé ce lundi la signature d'accords locaux, conformément au Ségur de la santé, pour la création de postes supplémentaires. Quatre syndicats ont signé mais pas la CGT et Sud Santé Sociaux, majoritaires.

CHRU de Tours
CHRU de Tours © Radio France - Boris Compain

86 postes supplémentaires au CHRU de Tours, dont la création sera échelonnée jusqu'en 2024 et qui renforceront différents services. C'est ce qu'a annoncé ce lundi la direction de l'hôpital tourangeau. Des accords locaux, signés par quatre organisations syndicales, ont été établis par les ressources humaines dans le cadre du Ségur de la santé. "C'est une belle avancée pour nous" souligne Katia Molineri, secrétaire de Force ouvrière au CHRU de Tours, syndicat signataire des accords. "Ne serait-ce qu'une personne en plus, ça compte. Dès que ça améliore les conditions de travail, nous, on est pour."

La majorité des postes destinée aux équipes de suppléance

Dans le détail, les postes sont majoritairement destinés aux équipes de suppléance, sorte de réserve de personnel chargée de pallier notamment l'absentéisme dans les 17 pôles du CHRU de Tours. 60 ETP, équivalent temps plein, vont permettre à cette réserve, actuellement dans le rouge, de répondre aux demandes de remplacement. "Ils ne vont pas arriver tout de suite. C'est d'abord 20 en septembre" remarque Anita Garnier, du syndicat Sud Santé Sociaux, qui n'a pas pris part aux négociations et n'a pas signé les accords. 

Il faudrait 103 de ces postes

Pour l'infirmière, ces 60 postes ne correspondent pas aux besoins actuels. "Un équivalent temps plein, ça ne permet pas d'avoir quelqu'un en permanence sur un poste d'infirmier de jour, par exemple, du lundi au dimanche suivant. Sur ce genre de poste, il faut 1,25 équivalent temps plein (...) sachant qu'on est actuellement à 13% d'absentéisme sur les services de soins (...) pour au moins compenser les heures supplémentaires et les missions d'intérim, il faudrait 103 de ces postes. Et une cinquantaine d'autres derrière pour anticiper les arrêts de dernière minute." 

Outre les 60 CDI, les ressources humaines nous précisent que sept créations de poste sont prévues en soins de suite et réadaptation, 9 postes -sur trois ans- pour les IPA, infirmiers de pratique avancée, et 10 postes, contractuels ceux-là, sont fléchés pour des remplacements de plusieurs mois gérés par la direction des soins.

Ces accords sont révisables

Les ressources humaines du CHRU soulignent que ces créations de poste vont permettre de diminuer le recours aux intérimaires et aux heures supplémentaires, qui ont un coût financier et moral sur les équipes, ajoute Jean-Christophe Calvo, d'Acteurs Santé CFE-CGC, signataire des accords. "Il y a une très forte pression aussi sur l'encadrement qui doit gérer ces intérims, ces remplacements, ces heures supplémentaires." La direction des ressources humaines et les quatre syndicats signataires ont déjà prévu de se revoir, en fin d'année 2022, pour faire un point sur les accords, vérifier que les postes ont bien été créés, pourvus. "Ces accords sont révisables. On peut modifier (...) s'il y a des choses qui ne paraissent pas faisables ou à améliorer" conclut Katia Molineri.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess