Société

Seine-et-Marne : exercice attentat grandeur nature dans la salle de spectacle L'Escale à Melun

Par Martine Bréson, France Bleu Paris mercredi 27 septembre 2017 à 13:45

Exercice attentat mercredi soir à Melun.
Exercice attentat mercredi soir à Melun. - Préfecture de Seine-et-Marne

La préfecture de Seine-et-Marne organise mercredi de 19h00 à minuit un exercice attentat à Melun. Il a lieu dans la salle de spectacle L'Escale. Il est destiné à renforcer l'efficacité et la coordination des forces de l'ordre et des secours. Il sera impressionnant, prévient la préfecture.

Si vous habitez à Melun dans le quartier de la salle de spectacle L'Escale, vous avez dù être informé qu'un exercice attentat a lieu mercredi soir. La préfecture de Seine-et-Marne veut éviter tout mouvement de panique. L'exercice commence à 19h00. Il doit se terminer à minuit. Pas d’affolement donc ce soir si vous entendez des sirènes, des tirs et des explosions. Il s'agit bien d'un exercice. Il va "être impressionnant par son ampleur", indique la préfecture. L'équipe d'animateurs et les observateurs seront équipés de chasubles fluorescentes. Notez qu'il est interdit de stationner ou de circuler ce mercredi soir dans le quartier. Vous pouvez suivre l'exercice sur le compte twitter de la préfecture.

Exercice attentat dans une salle de spectacle

Le scénario qui a été retenu pour ce troisième exercice attentat en Seine-et-Marne rappelle l'attentat du Bataclan à Paris. Dans ce scénario, on imagine qu'à l'occasion d'un concert organisé dans la salle de spectacle L'Escale de Melun, plusieurs terroristes sortent d'un véhicule, tirent sur les personnes présentes sur le parking, puis dans le hall et prennent la salle en otage. L'alerte est donnée rapidement et les forces de l'ordre arrivent et sont confrontées à la présence des terroristes. L'exercice commence quand les premiers policiers sont sur le site.

Quelques consignes à respecter durant le temps de l'exercice

La préfecture demande de ne pas encombrer les réseaux de communication. Ne propagez pas de rumeurs : il s'agit bien d'un exercice. Ne gênez pas la progression de ceux qui participent à cet exercice, libérez les voies d'accès. N'approchez pas de L'Escale, ne vous mettez pas en danger pour prendre des photos. Si vous voyez une personne en difficulté, appelez le 18 ou le 112 et précisez que vous êtes sur le lieu de l'exercice.

Consignes à suivre. - Aucun(e)
Consignes à suivre. - Préfecture de Seine-et-Marne

L'exercice attentat va mobiliser 450 personnes

Près de 150 figurants vont jouer le rôle des victimes mais aussi des assaillants. En face, 300 personnes ont été mobilisées pour intervenir sur les lieux. Il y aura des pompiers, des policiers, des gendarmes, le SAMU, la Croix rouge, la protection civile, la société qui assure la sécurité de la salle de spectacle, le personnel de L'Escale, des militaires de l'opération Sentinelle, la ville de Melun mais aussi des associations de sécurité civile. La préfecture de Seine-et-Marne et le ministère des Armées sont également impliqués dans l'exercice. La préfecture de Police de Paris, le RAID et la Sécurité civile seront présents en tant qu'observateurs.

Qu'est-ce-qui va être testé ?

L'exercice, qui permet aux équipes de s’entraîner dans des conditions réelles, va conduire la police à mieux définir les mesures de sécurité à prendre pour ce type d'attentat. Il va permettre d'améliorer la coordination entre tous ceux qui interviennent sur le terrain. Pour les secours, il s'agit de trouver les moyens de mieux se coordonner avec les forces de l'ordre. Ils vont aussi pouvoir analyser la façon dont ils peuvent travailler quand il faut extraire des victimes au fur et à mesure que des zones sont sécurisées par la police.

Melun. - Aucun(e)
Melun. - Préfecture de Seine-et-Marne

Un entrainement continu

Quand il y a des attentats, comme ceux qui ont marqué la France en 2015 et 2016, la rapidité d'intervention des forces de l'ordre et des secours est primordiale pour limiter au maximum le nombre de victimes. La préfecture de Seine-et-Marne explique qu'en cas d'attentat, les forces départementales doivent pouvoir intervenir rapidement avec leurs propres moyens sans attendre l'arrivée des forces spéciales du RAID ou du GIGN.

Pour être efficace, il faut s’entraîner. Mercredi soir, c'est le troisième exercice proposé aux forces départementales. Le premier a eu lieu en mars 2017 pour présenter les consignes nationales d'intervention. Le deuxième a été organisé en mai dans un centre de formation du département pour tester les techniques d'assaut et d'extraction des victimes.