Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Seine-Saint-Denis : des migrants qui occupent l'université Paris 8 devant la préfecture

vendredi 13 avril 2018 à 18:07 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Environ 150 personnes se sont rassemblées ce vendredi après-midi devant la préfecture de Seine-Saint-Denis. Ces migrants, et leurs soutiens, occupent depuis fin janvier un bâtiment de l’université Paris 8. Ils demandent un rendez-vous au préfet pour obtenir une régularisation.

Rassemblement devant la préfecture, à Bobigny
Rassemblement devant la préfecture, à Bobigny © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

Environ 150 personnes se sont rassemblés ce vendredi après-midi devant la préfecture de Seine-Saint-Denis, à Bobigny, pour demander la régularisation d'une centaine de migrants. Ces sans-papiers, pour certains demandeurs d'asiles, occupent le bâtiment A de l'université Paris 8 de Saint-Denis depuis le 30 janvier. Le rassemblement devant la préfecture visait à obtenir un rendez-vous pour discuter d'une régularisation collective des migrants.

Une demande de rendez-vous rejetée

"C'est le deuxième rassemblement qu'on fait devant la préfecture de Bobigny, on ne veut pas que nos amis repartent à la rue" explique une étudiante, qui soutient les migrants. Le collectif avait adressé un courrier au préfet, le 10 avril dernier, afin d'obtenir un rendez-vous. 

ECOUTER - "On demande ce rendez-vous pour obtenir une régularisation des occupants de Paris 8" explique une étudiante

En vain : devant la préfecture, les manifestants ont tenté d'entrer mais ont été maintenus à l'écart par des policiers qui ont transmis le refus de la préfecture. "Vous ne serez pas reçus aujourd'hui" indique un policier, qui relaie le message de la préfecture : il faut prendre rendez-vous individuellement.

"On est entré [dans l'université, ndlr] pour avoir le soutien des étudiants" répond Abraham, arrivé d'Ethiopie, il y a cinq mois : "on aurait pu déposer chacun individuellement des dossiers pour avoir des papiers mais les réponses du gouvernement ne nous satisfont pas, si on le fait individuellement, c'est pour ça qu'on le fait ensemble".

ECOUTER - Les migrants et leurs soutiens n'ont pas été reçus en préfecture

Une double occupation à Paris 8

L'occupation de l'université se poursuit, alors qu'une autre a commencé à Paris 8, contre le projet de loi de réforme de l'accès à l'université. Un contexte qui crée "beaucoup d’incertitudes" dit une étudiante, alors que les forces de l'ordre sont intervenues dans certaines facs,  "mais nous on est là et on restera tant qu'on ne sera pas expulsés". 

"On espère que la mobilisation étudiante va nous aider à rester" ajoute-t-elle. Une première échéance approche : vendredi 20 avril au soir, l'université Paris 8 doit théoriquement fermer pour une semaine de vacances. La coordination nationale étudiante appelle à une assemblée générale les 21 et 22 avril dans les locaux de Paris 8.