Société

Seize tonnes de viande sauvées en Isère : la cuisine solidaire fête son premier anniversaire

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère et France Bleu dimanche 6 novembre 2016 à 11:53

Le chef vérifie la température avec ses assistants. 35 bénévoles participent à l'aventure.
Le chef vérifie la température avec ses assistants. 35 bénévoles participent à l'aventure. © Radio France

Le "Trois Etoiles Solidaires" fêtait ce samedi sa première année d'existence. Depuis douze mois les bénévoles de la Banque Alimentaire cuisinent de la viande sur le point d'être périmée, et mitonnent des plats, ensuite mis en barquettes et distribués.

Seize tonnes de viande, 100 000 repas distribués, 35 bénévoles, une vingtaine d'apprentis en école de cuisine : après seulement un an d'existence la cuisine solidaire affiche des statistiques ronflantes. Et fêtait son premier anniversaire à Seyssins, dans les cuisines du collège Marc Sangnier, là où l'aventure a commencé.

Le projet part d'un constat de la Banque Alimentaire. Celle-ci récupère depuis près de 30 ans des denrées alimentaires bientôt périmés dans les supermarchés, et les redistribuent tels quels à des associations venant en aide aux plus démunis. Seulement il était impossible d'inclure la viande à consommer dans la journée. Il fallait donc la cuisiner, et ainsi repousser la date de consommation de cinq jours. Pari tenu !

Jusqu'à 18 recettes différentes chaque jour

La Banque Alimentaire a obtenu l'autorisation du Conseil Départemental d'utiliser les cuisines du collège de Seyssins pour mettre en place l'initiative. L'idée originelle vient de Pierre Pavy, gérant du restaurant du musée de Grenoble, le "5", mais aussi membre de l'association Accueil SDF, qui utilise le réseau de la Banque Alimentaire. Les acteurs sont en place, l'idée germe, et finalement le 5 octobre 2015 le restaurant "Trois Étoiles Solidaire" ouvre ses portes.

Notre reportage à l'occasion du premier anniversaire de la cuisine

Sous les ordres du chef Emmanuel Binder, recruté en mars par la Banque Alimentaire (il est le seul salarié des cuisines), bénévoles et apprentis en écoles hôtelières et de restauration se relaient, quatre jours par semaine. "Chaque jour le chef doit composer avec les différentes viandes, les différents légumes, il faut avoir beaucoup d'idées. Jeudi dernier, on a fait 18 recettes", s'exclame Philippe, un bénévole fidèle en cuisine.

De nombreux acteurs étaient réunis à Seyssins pour l'anniversaire de cette cuisine solidaire. - Radio France
De nombreux acteurs étaient réunis à Seyssins pour l'anniversaire de cette cuisine solidaire. © Radio France

Le projet va faire des petits

Après un an, le bilan est éloquent, "tant au niveau du gaspillage évité que de la qualité des produits", se réjouit Christian Chédru, président de la Banque Alimentaire. Une version confirmée par une bénéficiaire, habitante d'Eybens, "certains plats valent vraiment trois étoiles, et puis ça me permet de manger des viandes qui coûtent trop cher lorsque l'on est précaire", sourit-elle.

Un succès qui inspire d'autres banques alimentaires. Celles de Haute-Savoie, de l'Ain, et même de Vendée ont contacté Christian Chédru pour lancer le même type de projet et profiter de l'expérience iséroise.

Christian Chédru fait le bilan !