Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Selon le musée Marmottan, les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour l'exposition Monet à Bordeaux

mardi 5 juin 2018 à 17:48 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Alors que Norbert Fradin évoque "son incompréhension" face à l'annulation de l'exposition Claude Monet à Bordeaux au Musée Mer Marine, Patrick de Carolis, le directeur du musée Marmottan qui devait prêter les 57 œuvres, répond : "les conditions n'étaient pas réunies".

Patrick de Carolis le directeur du musée Marmottan Monet
Patrick de Carolis le directeur du musée Marmottan Monet © Maxppp - Annie Viannet

C'est "le non respect du contrat passé qui nous a contraint d'annuler cette exposition" prévue à partir du 15 juin au Musée Mer et Marine à Bordeaux, encore en chantier, initié par le promoteur immobilier bordelais, rétorque Patrick de Carolis, le directeur du Musée Marmottan Monet, après la conférence de presse ce mardi matin de Norbert Fradin.

"Des inexactitudes pour masquer sa responsabilité" 

"Monter une exposition, c'est répondre à un certain nombre de critères et à un calendrier. Et ce que raconte Norbert Fradin, sont des inexactitudes, et sans doute, ses inexactitudes sont là pour masquer sa responsabilité ! Il dit que les œuvres sont assurées ? Mais pourquoi ne nous a-t-il pas transmis le contrat, au 31 mai, comme c'était prévu ? C'est un des arguments qui font que Monet ne viendra pas à Bordeaux. Construire un musée, c'est un bâtiment et une équipe. Or, il n'y a pas non plus à ce jour, des techniciens pour veiller sur ces chefs d'oeuvre." Et de lister point par point, tout ce qui fait défaut. "J'ai joué le jeu longtemps parce que j'ai été séduit par cet homme qui monte un musée. Il nous avait dit aussi, au départ dans la négociation, que le bâtiment serait terminé. Puis en cours de route, il nous dit finalement, que seule la salle consacrée à l'exposition temporaire serait prête. On a été conciliant, patient. Et au 31 mai, alors que les tableaux devaient avoir l'ordre de départ de Rome (où certains sont actuellement), on a dit stop !"

"Aucun musée n'aurait pris ce risque!"

Patrick de Carolis ajoute qu'"aucun musée n'aurait accepté. C'est impossible. Ce serait prendre un risque énorme. Avec tout le respect que j'ai pour monsieur Fradin, qui est-il pour dire, que toutes les conditions sont réunies ? En quoi est-il compétent en la matière quand un expert international indépendant mandaté par tous les musées du monde, affirme le contraire ?" 

"On n'a pas pris cette décision à la légère"

Sur la menace de poursuites judiciaires avancée par Norbert Fradin ? Patrick de Carolis se dit serein, et "droit dans ses bottes car respectueux des règles. Je n'ai pas pris cette décision de gaîté de cœur, et je suis déçu de ne pas offrir cette exposition aux Bordelais."