Société

Selon une étude, les alarmes et digicodes ne dissuadent pas les cambrioleurs

Par France Bleu, France Bleu mercredi 21 décembre 2016 à 8:44

Le taux d'échec des cambriolages est de près de 50%, mais une fois entré dans le logement, l'auteur a, selon l’étude, plus de 8 chances sur 10 de réussir son cambriolage
Le taux d'échec des cambriolages est de près de 50%, mais une fois entré dans le logement, l'auteur a, selon l’étude, plus de 8 chances sur 10 de réussir son cambriolage © Maxppp -

Une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales révèle ce mercredi que les alarmes, portes blindées ou digicodes ne dissuadent pas les cambrioleurs dans le choix de leurs cibles.

Alarmes, portes blindées ou digicodes ne dissuadent pas les cambrioleurs dans le choix de leurs cibles mais se révèlent efficaces face à leur fréquent "amateurisme" lorsqu'ils veulent entrer par effraction, révèle ce mercredi une étude inédite sur les cambriolages commis en France de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses.

L'environnement du logement est un facteur déterminant

L'étude distingue le ciblage et l'entrée par effraction dans le logement. On y lit notamment que lors du choix de la cible par le cambrioleur, ce sont les facteurs relatifs à l'environnement du logement qui seront les plus déterminants. Ainsi, un environnement dégradé, des actes de vandalisme et de cambriolages sont des facteurs de risques supplémentaires.

Les dispositifs de sécurité, à l'exception des caméras de surveillance bien visibles, ont "pour la plupart un effet dissuasif faible à ce stade du cambriolage". En revanche, ils jouent pleinement leur rôle au moment de l'entrée par effraction dans le logement, singulièrement l'alarme et la porte blindée, davantage encore si elles sont associés à un digicode ou une caméra de surveillance.

Une fois entré, le cambrioleur a 8 chances sur 10 de réussir son cambriolage

Le taux d'échec des cambriolages est de près de 50%, mais une fois entré dans le logement, l'auteur a, selon l’étude, plus de 8 chances sur 10 de réussir son cambriolage. L'entrée dans le logement est "donc l'étape décisive", selon l'ONDRP. Les caméras se révèlent être les plus protectrices et réduisent le risque de 22% contre seulement 15% pour les digicodes et 7% pour les portes blindées. La présence d'un gardien a également un effet dissuasif sur le ciblage du logement (30%).

"Une fois que l'auteur a réussi à entrer dans le logement, seule la présence d'un occupant et, dans certains cas, d'une alarme, a un effet protecteur contre le vol", souligne l'étude. L’étude montre par ailleurs que les cambrioleurs "ne sont pas préparés" et plutôt "des amateurs", loin des "organisations mafieuses" parfois décrites dans les cambriolages en série.