Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Semaine de quatre jours : les centres de loisirs de Belfort et Montbéliard sur le pont

mercredi 5 septembre 2018 à 17:24 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le retour de la semaine d'école à quatre jours n'est pas sans conséquences pour la garde des enfants. Les centres de loisirs doivent se réadapter mais avec, dans la plupart des cas, le même nombre d'animateurs.

 Les enfants du centre de loisirs Bartholdi à Belfort avec l'une des animatrices du mercredi
Les enfants du centre de loisirs Bartholdi à Belfort avec l'une des animatrices du mercredi © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Mise en place en 2013, la semaine de quatre jours et demi est presque morte née. Pour cette rentrée 2018, 80 % des élèves sont revenus aux quatre jours au niveau national. Les centres de loisirs ont du se réadapter et actionner la marche arrière.

Des animateurs en renfort le mercredi

C'est le cas par exemple du centre de loisirs Bartholdi en vieille ville de Belfort qui, ce mercredi matin, a rouvert ses portes aux enfants dont les parents travaillent. Maternelles ou primaires, ils étaient une cinquantaine. Les responsables du centre ont même du appeler deux animateurs en renfort pour répondre à la demande. Les enfants eux étaient ravis d'être là. " On n'a plus école, c'est bien. Je me lève un peu plus tard pour venir ici. On fait des jeux mais je ne mange pas ici le midi. L'après-midi, je suis chez moi, c'est ma maman qui me garde. Mon papa travaille" explique Ludmila 7 ans en CE2, tout sourire.

Entre confort et frustration

On avait perdu l'habitude dans les centres de loisirs mais il faut à nouveau organiser l'accueil du mercredi matin. Tous les enfants ne font pas la grâce matinée. L'intérêt de la journée continue du mercredi, c'est par exemple de créer, de préparer une activité le matin et d'y jouer l'après-midi, une chasse aux trésors par exemple. A l'inverse, cela crée de la frustration les autres jours de la semaine. Les animateurs récupèrent les enfants à 16 h 15 désormais et non plus à 15 h 45. " Cela nous facilite moins le travail. On nous demande de préparer des projets, des activités mais avec le temps que nous avons, c'est un peu plus compliqué. Généralement le temps de redescendre les enfants de la cour, de prendre le goûter, les activités ne débutent qu'à 17 h. Le temps est très réduit car on ferme le centre à 18 h et le nombre d'enfants se réduit au fil des minutes avec les départs échelonnés" indique Kevin Ducret qui fait partie de l'équipe d'animation du centre Bartholdi.

Un accueil élargi à effectif constant

Un accueil élargi ne veut pas dire qu'il y a plus d'animateurs dans les centres. A Belfort, on en compte toujours 40 répartis dans les six centres de loisirs. Cela ne change pas par rapport aux semaines de quatre jours et demi. Les horaires ont simplement été modifiés, ajustés pour l'accueil des 3-11 ans

Pas de changement non plus à Montbéliard au centre Léo Lagrange et au Jules Verne. " Ces structures ont toujours d'énormes difficultés à recruter compte tenu des horaires très particuliers des animateurs. 1h30 par ci, deux heures par là. Les candidats ne se bousculent pas au portillon" explique Alexandre Gauthier, adjoint au maire en charge des affaires scolaires.

Une aide via le "plan Mercredi"

Les communes désireuses de renforcer leurs activités de leurs centres de loisirs peuvent bénéficier d'une aide de l'Etat à travers le "plan Mercredi" mis en place cet été.