Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Semaine sans portable à Dijon, "c'est devenu le prolongement de la main, un vrai doudou numérique"

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est la Semaine sans téléphone portable. Une initiative citoyenne lancée depuis plusieurs années en France. L'occasion de vérifier si la déconnexion est possible et utile. Reportage dans les rues de Dijon.

Semaine sans portable (illustration)
Semaine sans portable (illustration) © Radio France - Stéphanie Perenon

Depuis 20 ans, le 6 février est une Journée mondiale sans téléphone portable. L'initiative citoyenne lancée par l'écrivain Phil Marso, s'est transformée en Semaine cette année, du 03 au 09 février.  Mais se passer de son portable, c'est compliqué admet Radouane, un côte-d'orien qui compare l'objet à "un doudou numérique, c'est devenu le prolongement de la main, c'est devenu addictif mais pourtant on en a pas besoin tout le temps." En 2019, 95% des Français étaient équipés d'un portable, et la moitié l'utilise pour consulter Internet, selon la dernier Baromètre du numérique publié par le Centre de Recherche pour l'Étude et l'Observation des Conditions de Vie (CREDOC).

Un outil indispensable pour le boulot

Sauf pour travailler reconnait Charlotte, une cheffe d'entreprise de 38 ans. "Je consulte mes mèl, mais dès que je quitte le magasin, je ne m'en sers plus, je suis capable d'aller au restaurant ou de partir en vacances sans téléphone." Bien plus compliqué pour ces trois copines âgées de quinze ans, qui confessent "passer quatre à cinq heures par jour en moyenne sur leurs smartphones".

Faire sans portable pendant une semaine, majoritairement les Dijonnais disent que ce serait compliqué

Regarder son téléphone, un réflexe addictif

La nomophobie ou la phobie d'être séparé de son portable touche de plus en plus de Français, "des fois je regarde mon téléphone et je vais sur les réseaux sociaux alors que j'y suis allée deux minutes avant." Alors elle tente quelques astuces "je le mets au bout de la pièce, comme ça ne je ne l'ai pas près de moi, c'est dur mais des fois ça marche" sourit la trentenaire.

Une semaine pour sensibiliser à la déconnexion

Le but de cette semaine sans portable pour Pascal Lardellier, sociologue spécialiste des usages numériques, "ce n'est pas dire arrêtez tout mais d'aider à s'interroger sur notre rapport à cet objet qui passe nos vies aux moulinettes du numérique"

"Les smartphones nous ont volé le temps d'ennui, de flânerie mentale." - Pascal Lardellier sociologue spécialiste des usages numériques

Pour ce professeur de l'université de Bourgogne, il est difficile d’inverser la tendance, "je ne sais pas si ce serait bien d'ailleurs mais il est bon de s'interroger sur certains méfaits liés aux smartphones comme des troubles du sommeil, de l'attention ou de la vue." Cette semaine est une bonne façon d'avoir conscience que "le portable est hyper addictif, en avoir conscience c'est le but de cette semaine de la déconnexion et c'est déjà très bien."

Apprendre à retrouver un autre rythme, sans portable tout le temps

C'est le projet Elsa Gautherot. Cette côte d'orienne a effectué en 2018 un long périple à pied et à dos de mule et cheval à travers la France. Un périple qu'elle a raconté sur Facebook, grâce à son téléphone, "il me  servait principalement à lire les cartes IGN ou en cas de souci à joindre mes proches mais c'est tout." Un voyage qu'elle a vécu "au rythme des saisons, en écoutant ses besoins vitaux." 

Depuis son retour, elle travaille sur l'ouverture prochaine d"un lieu pour "déconnecter des écrans et du numérique", où vont se conjuguer toutes ces passions, la voyage, les équidés et la nature. "Je voudrais proposer des séjours pour montrer aux parents qui sont confrontés à ce problème avec leurs enfants, "qu'on peut utiliser environnement pour déconnecter des écrans, que les enfants ont besoin d'expérimenter la nature avec leurs cinq sens!" 

  • Écoutez notre + INFO ce mercredi 5 février 2020 à 7H18 et 8H46 sur les ondes de France Bleu Bourgogne.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu