Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Sens : la pièce de théâtre "Lettres à Nour" évoque la radicalisation face à des lycéens

-
Par , France Bleu Auxerre

"Lettres à Nour" est une histoire entre une jeune femme de 20 ans partie rejoindre les rangs de Daesh en Irak et son père resté en France. Une pièce jouée face à 300 lycéens au théâtre municipal de Sens et suivie d'un débat pour parler de la question de la radicalisation.

Après la pièce, les comédiens débattent avec le public
Après la pièce, les comédiens débattent avec le public © Radio France - Soisic Pellet

Sens, France

Sur scène, ils sont deux. Céline Dely joue Nour, une jeune française de 20 ans partie en Irak rejoindre les rangs de l'Etat islamique. Farid Abdelkrim joue son père, chercheur et universitaire resté en France et qui tente de faire revenir sa fille. Entre eux, un échange de lettres pendant deux ans, simplement lues tour à tour. Une façon d'évoquer de façon plus personnelle la radicalisation et l'endoctrinement de ces jeunes gens. Surtout que la pièce, jouée à Sens devant 300 lycéens, est toujours suivie d'un débat entre le public et les comédiens. 

Comprendre ces départs 

_"_Qui ne penserait pas ce que pense Nour au début ? C'est une jeune femme de 20 ans, élevée par son père dans des valeurs de liberté, d'égalité, de démocratie et qui n'a qu'un but, qui est de partir aider des populations qui sont en difficulté" explique Céline Dely, qui joue ce personnage. Surtout que cette parole, ces arguments, ne sont pas souvent entendus, "ceux de ces jeunes qui font le choix du djihad, des jeunes gens nés en France, dans des familles françaises, pris en charge par l'institution française et c'est ça qui est terrifiant et en même temps enrichissant parce que ça témoigne de la complexité d'une pensée" ajoute-t-elle. 

Des questions au cœur de l'actualité  

Mais comment parler de ces thèmes à desadolescents ? Eux qui en entendent souvent parler mais "à la télé, aux infos" pour Jade, 17 ans. "C'est toujours on va dire, il y a eu tant de morts, c'est juste des chiffres" estime Julien, lui aussi lycéen. Là, l'histoire est personnelle, émouvante. "Elle m'a touché, j'ai senti le message passer" raconte Lorenzo. "Je suis un garçon mais j'ai quand même failli pleurer ! Et puis d'avoir eu après un petit débat avec les comédiens, c'était énorme, j'avais jamais vu ça !"

C'est bien qu'on en parle au théâtre, ça m'a fait bizarre de voir ça sur scène. Lorenzo, lycéen 

Un débat auquel Farid Adbelkrim, le comédien qui joue le père de Nour, est ravi de participer. "Ce genre de questions sur la radicalisation, on ne peut pas balayer ça d'un revers de la main. On est face à ça, alors notre mission, c'est de se demander maintenant comment faire, comment vivre ensemble". Le comédien voit aussi ce moment d'échanges comme une "soupape"."Il faut libérer la parole. Ce spectacle permet de dire les choses sans être jugé, sans avoir la crainte d'être fiché S." 

Lettres à Nour est un spectacle qui permet de créer un espace où on va pouvoir dire les choses sans pour autant se sentir espionné. Farid Abdelkrim, comédien 

La pièce a été jouée par plusieurs comédiens. Elle en est à sa 350ème représentation en France. 

Choix de la station

France Bleu