Société

Sergines pourrait perdre ses gendarmes

Par Delphine Martin et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre lundi 24 octobre 2016 à 18:50

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France -

Les jours de la gendarmerie de Sergines (Yonne) sont comptés. Elle devrait fermer dans 5 ans, afin d’ouvrir une nouvelle brigade à Villeneuve-La-Guyard, à 20 kilomètres. Malgré ça, de nombreux élus du canton sont indignés.

Le projet a déjà été annoncé au maire il y a quelques jours : la gendarmerie de Sergines vit sans doute ses dernières années. La permanence, ouverte deux demi-journées par semaine, pourrait définitivement fermer dans cinq ans.

Le reportage de Renaud Candelier

Un ensemble de territoire déserté par les forces de l'ordre

André Pitou, le maire de ce village de 1300 habitants, trouve cela tout simplement inacceptable. "Surtout dans les périodes actuelles où on a besoin de garanties au niveau de la sécurité", précise l'élu. "Le Nord du département sera privé de moyens de gendarmerie, même si les moyens de communication seront facilités et même si on entend dire que la communauté de bridage de Pont Sur Yonne va se renforcer, aujourd’hui, ce sera tout un ensemble de territoire qui sera déserté par les forces de l’ordre".

"Pöur nous c'est inacceptable" - André Pitou, le maire de Sergines

La gendarmerie de Sergines n’était ouverte que deux demi-journées par semaine, mais cinq familles de gendarmes y logent toujours. "Ces familles font vivre le commerce local. Les enfants fréquentent l’école communale" affirme le maire.

Cette décision de fermeture serait motivée par la création d'une nouvelle gendarmerie à Villeneuve la Guyard. Alexandre Bouchier, le conseiller départemental, ne conteste d’ailleurs pas que Villeneuve La Guyard ait besoin de gendarmes, pour faire face à une délinquance venue d'ile de France. Mais pour lui, il faut les deux : "Je suis persuadée qu’il faut ouvrir une brigade sur Villeneuve la Guyard et en même temps maintenir la gendarmerie de Sergines".

Une fermeture de la gendarmerie à Sergines s'ajouterait à celle du centre des finances publiques (fermée depuis le 1er janvier) et à celle du bureau de poste, qui se profile d’ici quelques années.

Partager sur :