Société

Serquigny (Eure) : les habitants divisés sur l'éventuelle venue de migrants

Par Kathleen Comte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) dimanche 16 octobre 2016 à 18:52

A Serquigny (Eure), les immeubles dans lesquels seront relogés les migrants attendus dans la commune.
A Serquigny (Eure), les immeubles dans lesquels seront relogés les migrants attendus dans la commune. - Kathleen Comte

Les habitants de Serquigny (Eure) sont en désaccord sur l'arrivée de migrants dans la commune. Parmi la centaine de réfugiés censés venir dans l'Eure, 30 devraient être hébergés à Serquigny.

La commune de Serquigny (2 000 habitants) dans l'Eure attend l'arrivée d'une trentaine de migrants issus de la "jungle" de Calais (sur les 100 prévus dans le département de l'Eure). C'est du moins ce qui est prévu même si pour le moment aucune date précise d'arrivée n'a été donnée. En attendant, les habitants sont divisés sur la question. Il y a les pour comme Eric, 56 ans, qui vit dans la commune depuis plus de 20 ans : "C'est nécessaire de faire quelque chose par rapport aux migrants. Comparé aux conditions dans lesquelles ils vivent actuellement ce ne peut être que mieux."

Et il y a les contre comme Mireille, gérante d'un supermarché : "On a peur qu'ils arrivent à plusieurs dans le magasin, qu'ils n'aient pas d'argent... On n'arrive déjà pas à trouver un logement à certains habitants de Serquigny et eux ils arrivent et on leur donne tout."

"Un immeuble insalubre"

En attendant l'arrivée des migrants les appartements - eux - sont prêts. Huit HLM (dont un pour l'association en charge des migrants) situés dans des petits immeubles en face de la salle des fêtes. Stéphane, 66 ans, vit avec ses enfants dans l'un d'entre eux depuis de nombreuses années. Ce qui le choque ce n'est pas la venue des migrants - à laquelle il est favorable - mais leurs conditions d'accueil. Pour lui l'immeuble est insalubre. Pour exemple il montre sa salle de bain où la peinture s'effrite et où la moisissure s'est installée.

Lionel Prévost - le maire de la commune - de son côté, a envoyé un courrier à ses habitants pour tenter de calmer les esprits. Pour lui la commune se doit d'être accueillante : "J'ai fait une lettre à la population pour que les choses se passent le mieux possible si nous devons accueillir des réfugiés. Ces gens ne sont pas une horde sauvage, ce ne sont pas des voyous... Ce sont des gens qui fuient la guerre et la violence. On a un devoir de solidarité qui passe par un accueil digne de ce nom. Pour l'instant il n'est pas prévu que nous recevions des migrants. Nous n'en recevrons d'ailleurs peut-être pas. "

Deux autres communes de l'Eure devrait également recevoir des réfugiés : Rouge Perriers et Perriers-la-Campagne. En tout ce sont 800 migrants qui doivent être accueillis en Normandie.

Partager sur :